La planche du 18 juin : De Gaulle à la plage

Véronique Servat, intervenante sur notre journée d’études Quand les cases se mettent au vert. Nature et bande dessinée du 17 avril 2014 avec comme invité du grand entretien Etienne Davodeau a partagé aujourd’hui une planche de la bande dessinée De Gaulle à la plage de Jean-Yves Ferri (notamment co-auteur de la série Le retour à la terre avec Manu Larcenet, et Astérix chez les pictes). L’occasion de vous proposer de (re)découvrir cette planche (et la bande dessinée).

Jean-Yves Ferri, 2007, De Gaulle à la plage, Dargaud, 48 p.

Jean-Yves Ferri, 2007, De Gaulle à la plage, Dargaud, 48 p.

 

Présentation de la bande dessinée par Dargaud :

« De Gaulle à la Plage est né dans les pages de Vive la Politique, ce grand homme en short découvrant les tongs et les congés payés nous a fait tellement rire qu’il ne pouvait pas nous quitter aussi vite. Très vite Jean-Yves Ferri s’est senti investi d’une impérative mission, il en allait de l’intérêt supérieur du pays, il fallait raconter l’été 56, celui où le Général, lassé de l’ingratitude de ces veaux de français, décida de se consacrer à l’édification de châteaux de sable, au bonheur des pique-nique et aux joies du volley ball. »

 

Pistes de réflexion sur la planche :

Jean-Yves Ferri, 2007, De Gaulle à la plage, Dargaud, 48 p.

Jean-Yves Ferri, 2007, De Gaulle à la plage, Dargaud, 48 p.

Dans De Gaulle à la plage, de nombreuses planches parodient avec humour les discours du général de Gaulle (par exemple, de Gaulle s’endort sur la plage à l’ombre de son parasol et se réveille en clamant son discours du 25 août 1944, ci-contre). Toujours en tongs, de Gaulle est dans un décor « décalé », la plage, où se mêlent ses souvenirs de l’Histoire et ses histoires. En demi-planches, Jean-Yves Ferri enchaîne les gags, sans tomber dans la caricature. Ce n’est pas un homme déçu ou aigri par sa « traversée du désert » que nous dépeint Jean-Yves Ferri, mais bien davantage le regard d’un grand homme, pour qui, à la plage, s’entremêlent souvenirs du pouvoir et scènes de vie quotidienne. Pour ceux qui aurait besoin d’un petit cours de rattrapage sur la chronologie gaullienne, voir le site de la Fondation Charles de Gaulle. Remarquez le « trou » dans cette chronologie, pendant l’été 1956 (entre l’inauguration du monument élevé à la mémoire des morts du maquis de l’Ain à Cerdon et la visite de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr Coëtquidan) : c’est dans cet entre-deux de la vie de de Gaulle que Jean-Yves Ferri s’engouffre pour inventer un récit : et si nous avions rencontré de Gaulle pendant ses vacances à la plage à l’été 1956 ?

Jean-Yves Ferri, 2007, De Gaulle à la plage, Dargaud, planche 1.

Jean-Yves Ferri, 2007, De Gaulle à la plage, Dargaud, planche 1.

La plage est « un territoire singulier : entre hétérotopie et antimonde. […] Cet espace singulier, à la croisée des éléments – mer, terre, air –, en marge de l’écoumène, est présenté par certains sociologues tel un territoire à l’abri du monde. La plage serait-elle un non-lieu ? (Augé, 1992) – espace monofonctionnel, cloisonné, caractérisé par une circulation ininterrompue, peu créateur de relations sociales ? Ni au cours de l’histoire ni à travers les différentes aires culturelles, la plage n’a présenté de telles caractéristiques. En revanche, les concepts d’hétérotopie et d’antimonde contribuent au déchiffrage de la plage comme construction sociale et culturelle » [1]. Une telle représentation de la plage est contestée par de nombreux auteurs : pour Jean Rieucau et Jérôme Lageiste, il faut davantage appréhender la plage par l’hétérotopie [2] et l’antimonde [3]. Toutes ces approches ont pour point commun de questionner la plage comme un espace singulier en marge, et les pratiques et appropriations de la plage comme des temporalités singulières également en marge. Hors du temps et hors de l’espace de la « norme », c’est sur la plage, « territoire atypique » [4] que le lecteur rencontre de Gaulle tel qu’il ne l’avait jamais imaginé, en short et en tongs, croqué par Jean-Yves Ferri.

Pour de Gaulle, la plage se présente ainsi comme une hétérotopie, c’est-à-dire un espace autre, où lui-même peut être « autre », c’est-à-dire échapper à son rôle, aux affaires de la France dont il a été tenu éloigné, au poids des responsabilités. « La notion « d’hétérotopie de déviation », au sens d’espace où les individus ont un comportement déviant par rapport à la norme exigée, aide à une meilleure compréhension de la plage comme lieu échappatoire où certaines pratiques sont possibles » [5]. La plage n’est pas seulement mobilisée comme espace-théâtre permettant à Jean-Yves Ferri un comique de situation : elle devient aussi un espace-scène qui produit certaines situations (ne serait-ce que par la tenue de de Gaulle).

Jean-Yves Ferri, 2007, De Gaulle à la plage, Dargaud, 48 p.

Jean-Yves Ferri, 2007, De Gaulle à la plage, Dargaud, 48 p.

C’est le cas de cette planche : « Ici le Général de Gaulle qui vous parle depuis le poste de secours ». Presque « formaté » par l’appel du 18 juin, de Gaulle lance un appel un peu particulier, produit par la plage comme espace échappatoire. Accompagné de son aide de camp Lebornec, le général de Gaulle, en short et en tongs, désire jouer au ballon pour faire un peu d’activités. La plage est, en effet, un espace approprié par des pratiques très diverses, depuis des activités sportives à des activités de détente. Dans la bande dessinée, Jean-Yves Ferri fait apparaître de Gaulle dans toutes les activités que propose la plage : la balade, le bronzage, la sieste, la construction de châteaux de sable, les pique-nique, le volley ball, la drague même (souvent perturbée par la présence d’Yvonne de Gaulle), etc. Le comique de situation dans cette planche fait le lien entre l’histoire (par le poids de l’appel du 18 juin) et la géographie (par l’aspect atypique de la plage).

 


[1] Jean Rieucau et Jérôme Lageiste, 2009, « La plage, un territoire singulier : entre hétérotopie et antimonde », Géographie et cultures, n°67, pp. 3-6.

[2] Concept proposé par Michel Foucault pour désigner « les espaces autres, en rupture, en contradiction avec les autres emplacements. Il s’agit de lieux réels, hébergeant l’imaginaire » (Jean Rieucau et Jérôme Lageiste, 2009, « La plage, un territoire singulier : entre hétérotopie et antimonde », Géographie et cultures, n°67, pp. 3-6).

[3] Notion proposée par Roger Brunet pour désigner la « partie du monde mal connue et qui tient à le rester, qui se présente à la fois comme le négatif du monde et comme son double indispensable » (Roger Brunet, Robert Ferras et Hervé Théry, 1992, Les mots de la géographie : dictionnaire critique, La Documentation française, Paris, p. 35). Voir une bibliographie/sitographie complète.

[4] Jérôme Lageiste et Jean Rieucau (dir.), 2009, « La plage : un territoire atypique », Géographie et cultures, n°67.

[5] Jean Rieucau et Jérôme Lageiste, 2009, « La plage, un territoire singulier : entre hétérotopie et antimonde », Géographie et cultures, n°67, pp. 3-6.

 

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *