« Leaping Tall Buildings » : lecture de planche en classe de lycée

Comenius_CitiesEn octobre 2013, suite à la journée d’études consacrée à la ville dans la BD, le Laboratoire junior Sciences Dessinées a été sollicité pour une intervention à l’Institut Français de l’Education, dans le cadre du projet d’échange européen Comenius CITIES.

À cette occasion, Isabelle Guillaume et Joanne Cot ont proposé aux lycéens internationaux et à leurs professeurs une brève présentation des enjeux liés à la question de l’urbanité et de sa représentation bédéique. Voir la vidéo de cette intervention.

Pour compléter cette intervention, voici un compte-rendu rédigé par Isabelle Guillaume et Joanne Cot.

 

LEAPING TALL BUILDING
lecture de planche en classe de lycée

Introduction

Dans le cadre du projet européen Comenius Cities, qui a rassemblé en octobre 2013 à Lyon des lycéens issus de plusieurs pays étrangers, les membres de Sciences Dessinées ont été sollicités pour présenter une intervention autour du thème de la ville dans la bande dessinée. La première partie de cette intervention, menée entièrement en anglais par Isabelle Guillaume et Joanne Cot, a fait l’objet d’une captation vidéo (voir notre précédent billet).

Il nous semble cependant utile de rendre compte ici de l’activité de lecture de planche qui a prolongé cette présentation théorique en donnant la parole aux lycéens internationaux. Ces derniers ont pu faire montre de leurs compétences en analyse d’image, et même les élèves les moins familiers du média BD ont su donner du sens aux caractéristiques visuelles du corpus, au cours d’une activité prévue pour durer une vingtaine de minutes.

Les ressources proposées ici sont donc laissées à la disposition des enseignants, anglophones ou non, qui désireraient s’en inspirer pour élaborer une séquence autour de la ville en BD.

 

Thématique

Le thème fédérateur de la séance étant la ville, nous avions pris le parti de créer un ensemble de documents dans lesquels le récit était lié d’une façon ou d’une autre à la présence d’un immeuble, élément emblématique de l’urbanité.

On va voir que les albums utilisés sont tous issus du domaine anglophone ; ce choix était évidemment lié avant tout à la nécessité de communiquer en anglais. Mais il tient également au fait que, dans l’imaginaire BD, l’espace urbain est le lieu de prédilection du superhéros (Batman avec Gotham, Superman avec Métropolis, etc.). Si l’on garde à l’esprit le fait que le gratte-ciel, et par extension les grandes villes, sont emblématiques d’une certaine conception du mythe américain, on voit se dessiner un lien très fort entre bande dessinée (superhéroïque ou pas), urbanité et identité américaine.  C’est sur cette affinité qu’il nous a paru pertinent de nous appuyer.

Après réflexion, un titre possible pour l’activité pourrait être « leaping tall buildings« , en référence à l’adaptation radio des aventures de Superman, qui dans les années 1940 décrivait avec emphase un héros « plus fort qu’une locomotive », « capable de franchir d’un seul bond les plus hauts immeubles ! » Ces lignes précédaient d’ailleurs le fameux « là-haut, dans le ciel ! C’est un avion ! C’est un oiseau ! c’est Superman, » que le public francophone se rappellera peut-être plus volontiers.

 

Corpus

Le corpus proposé à l’étude se composait des documents suivants :

  • Une planche tirée de Jimmy Corrigan, de Chris Ware (Jimmy Corrigan, the smartest kid on earth, Pantheon Books, 2000).
  • Deux planches tirées de Superman, de Scott Lobdell, Aaron Kuderet et Tyler Kirkham (Superman vol 3 n°18, « Metropolitan Nightmare », mars 2014).
  • Deux planches tirées de Kick-Ass, de Mark Millar et John Romita Jr. (Kick-Ass vol 1 n° 1, avril 2008).

Afin de respecter le temps qui nous était imparti, il nous fallut, la mort dans l’âme, nous séparer d’un quatrième document, à savoir la séquence d’ouverture de Watchmen (Alan Moore / Dave Gibbons), bien connue des amateurs de BD américaine. Cette page se compose d’une succession de six cases suivies d’un plan panoramique. La première case, presque indéchiffrable, est un très gros plan sur le sang versé dans la rue à la suite de la mort de l’un des personnages ; dans les cases qui suivrent, le point de vue s’élève verticalement le long de l’immeuble, pour finalement donner sens à ce qui vient d’être vu en l’incluant dans son contexte global (l’un des personnages regarde cette scène depuis le haut de l’immeuble). Les enseignants qui disposeraient de plus de 20 minutes pour conduire cette activité et désireraient étoffer leur corpus sont donc encouragés à se pencher sur cette planche légendaire très propice à l’analyse, tout en gardant à l’esprit que l’anglais employé par Alan Moore est assez pointu, et exige un assez bon niveau linguistique.

 

Méthode

Cette lecture de planche a été conçue pour fonctionner en deux temps ; d’abord, nous constituons des groupes de 3 qui ont chacun la tâche de se pencher sur la reproduction d’une planche (plusieurs groupes travaillaient donc séparément sur le même sujet). Nous avons veillé à ce que les photocopies de planches distribuées soient d’une qualité suffisante pour permettre la lecture des caractères et le déchiffrage des détails. De même, il nous a semblé indispensable de proposer des reproductions couleur, afin de permettre l’analyse chromatique.

Les lycéens disposent de quelques minutes pour découvrir les images, lire les textes et discuter entre eux de ce qui se passe, de ce qui est frappant au niveau du dessin, etc. Pendant ce temps, nous passons dans les rangs afin d’écouter les premières bribes d’analyse et répondre aux éventuelles questions de compréhension (certains détails étaient un peu difficiles, notamment dans la planche de Kick-Ass).

La seconde étape consiste en une mise en commun durant laquelle nous recueillons les impressions des différents groupes au sujet de chaque planche et élaborons ensemble une analyse construite à travers des questions ciblées qui permettent aux lycéens de mettre le doigt sur les éléments signifiants. Nous proposons ci-dessous la synthèse des remarques issues de ce travail, mais il est bien évident que d’autres éléments pourraient y être ajoutés.

 

Lecture de planche

1/ Superman

Personnages : Inutile de présenter Superman aux lycéens, qui le reconnaissent sans problème, quel que soit leur degré de familiarité avec la bande dessinée en général. Les autres personnages présents dans cette doule page restent anonymes ; ils sont simplement vus en train de faire la fête en haut d’un immeuble en compagnie d’un DJ.

Résumé : Dans ce passage, les fêtards sont contrôlés par des ondes cérébrales émises par les enceintes du système son, qui les incite à se jeter dans le vide. Superman doit donc les rattraper au vol, les uns après les autres, afin de les ramener en haut (même si la logique aurait plutôt voulu qu’il les dépose en bas).

Mise en cases / cadrage : Les cases adoptent des formes diverses, elles se superposent les unes aux autres, ou bien elles se déforment et semblent glisser (voir le bas de la première case, planche de droite). Le parcours de lecture est donc accidenté, cahotique, comme pour imiter les rebondissements de l’intrigue. La contre-plongée accentue la chute des protagonistes, tandis que Superman nous est présenté selon un cadrage typique, de face, poing en avant, avec un effet de raccourci. Plus généralement, le cadrage varie d’une case à l’autre, de façon à renforcer l’intérêt du lecteur et à accentuer l’impression de vitesse des événements.

Texte et onomatopées : On trouve plusieurs onomatopées, mises en évidence par leurs couleurs vives, et destinées à renforcer l’aspect dynamique du mouvement de Superman. Les bulles de parole et de pensée, au contraire, jouent un rôle explicatif, servant à rendre plus clairs les événements représentés (du type « Regarde, ces gens se jettent dans le vide ! ») ou à donner accès au cheminement mental de Superman (« Qu’est-ce qui les pousse à faire cela ? »).

Type de dessin : On est en présence d’un dessin extrêmement typique du comics de superhéros : style détaillé, ombres réalisées en aplat, attention particulière à la musculature et aux traits physiques traditionnellement associés à Superman (comme ses pommettes hautes, sa position de vol ou sa mèche de cheveux). Certains effets ont été ajoutés à l’ordinateur, comme les flammes que l’on voit au milieu de la page de droite : l’effet général est très « léché », brillant.

Couleur : le traitement numérique des couleurs fait ressortir leur brillance et leur éclat. On remarque que les couleurs primaires, jaune, bleu et rouge, dominent, comme c’est l’usage depuis les comics des années 50, à l’époque où l’impression en quadrichromie ne laissait que peu de choix au coloriste.

Conclusions : Superman est fidèle à lui-même : tout est fait pour mettre en valeur l’action héroïque qui se développe sous nos yeux et insister sur la vitesse, le danger, les sensations extrêmes causées par la lecture. On retrouve ici toutes les caractéristiques traditionnelles de ce type de bande dessinées ; il sera donc intéressant, on va le voir, de comparer ces planches avec les parodies créées par exemple par Chris Ware et John Romita Jr.

Observations : Cette planche est clairement celle qui a emporté les suffrages du groupe, sans doute parce que le personnage de Superman, emblématique de la BD américaine, est aisément identifiable par tous. Par ailleurs, le graphisme coloré et dynamique a semblé séduire, puisque certains ont même demandé à conserver la planche en souvenir !

 

2/ Kick-Ass

Personnages : certains lycéens connaissaient le personnage de Kick-Ass via son adaptation cinématographique, mais personne ne situait précisément ce passage. On précise qu’il ne s’agit pas ici du héros, mais d’un personnage anonyme sur lequel s’ouvre le récit. On voit donc ce personnage en armure rouge et jaune, dotée d’ailes, qui s’élance depuis le haut d’un immeuble en direction de la foule en contrebas.

Résumé : Le personnage semble très sûr de lui jusqu’à prendre conscience qu’il y a apparemment une défaillance dans son appareillage, lorsqu’il échoue à déployer les ailes qui devaient lui permettre de stopper sa chute. Ce moment de basculement est renforcé par l’attitude de la foule qui lève les yeux avec anxiété (et non, par exemple, pour l’applaudir). Le passage s’achève sur une vue du personnage en déroute qui profère un juron sonore.

Mise en cases / cadrage : Les cases sont rectangulaires et respectent à peu près une organisation en trois bandes par page, avec des divisions internes. La première case est ce qu’on appelle un establishing shot, un plan large destiné à situer le personnage dans son environnement afin d’apporter un maximum d’unformation au lecteur. On découvre ensuite le « héros », en gros plan puis dans son ensemble. La seconde page alterne entre un cadrage au niveau du sol, qui nous amène parmi la foule, et un cadrage en contre-plongée accentuant la hauteur de l’immeuble, la vitesse de la chute et, par conséquent, l’héroïsme du personnage… qui va immédiatement être remis en cause par la contre-plongée qui nous le montre littéralement cul par-dessus tête, dans une posture ridicule et dangereusement proche de la chaussée.

Texte et onomatopées : On trouve deux types de textes : d’une part les bulles attribuées au personnage, qui nous permettent de comprendre que quelque chose ne va pas, et d’autre part une série de récitatifs (encadrés) que l’on aurait tendance à attribuer au personnage, puisque le locuteur y explique pourquoi il a décidé de se déguiser en super-héros. En expliquant qu’il s’agit en fait du discours d’un autre personnage (qui sera le héros de l’histoire, Kick-Ass), on propose une nouvelle perspective sur le récit, puisque Kick-Ass a eu au moins un prédécesseur qui a mal fini.

Type de dessin : Le trait est assez typique de la bande dessinée américaine et du comics de superhéros en particulier (John Romita Jr ayant par ailleurs travaillé sur des personnages emblématiques comme Daredevil). Par conséquent, l’effet de surprise causé par la déroute du personnage est d’autant plus grande : au vu des premières images, le lecteur s’attendait à un récit de superhéros standard (et donc volant), ce qui va complètement tomber à plat.

Couleur : on a affaire à ce qui semble être au moins partiellement de la couleur directe (c’est-à-dire appliquée à la main et non à l’ordinateur), par exemple au niveau des ciels. L’effet est donc assez chaleureux, mais fait aussi écho, par ses imperfections, aux problèmes rencontrés par le personnage central qui a manifestement bricolé de ses mains une armure inefficace. Les teintes employées sont, dans l’ensemble, plutôt sombres : les bleus et bruns de la ville apparaissent assez ternes, tout comme le rouge, le brun et le jaune du costume.

Conclusions : Tous ces détails nous permettent donc d’affirmer que Kick-Ass respecte les règles formelles du comics de superhéros (construction dynamique, costumes etc.), mais pour mieux les parodier, en insistant sur l’absurdité et le ridicule qui entoureraient de tels personnages s’ils existaient « dans la vraie vie ».

Observations : Malgré les difficultés liées à la compréhension du texte (notamment de l’expression « wings to manual », traduite par « manu-ailes » dans la version française et qui signifie quelque chose comme « passage des ailes en mode manuel »), l’humour loufoque et cruel de cette ouverture a été bien perçu par les lycéens. Séduits par le ton provocateur de l’extrait, ces derniers ont manifesté l’envie de connaître la suite de l’histoire (et notamment de savoir quel est le sort réservé à ce pauvre superhéros raté : est-ce qu’il est mort?).

 

3/ Jimmy Corrigan

Personnages : Deux groupes se détachent. D’un côté, on a la foule des passants qui circule dans la rue occupant la partie inférieure de la case, et de l’autre, un personnage que l’on identifie aisément comme un super-héros puisqu’il est le seul à porter des vêtements colorés et arbore les couleurs vives typiques du genre. Dans la première case, il est vu en haut d’un immeuble en train de prendre son élan, tandis que dans la seconde, il est face contre terre au milieu de la rue.

Résumé : Entre la situation initiale et la situation finale, on peut supposer que le personnage principal s’est jeté dans le vide, comme l’aurait fait un super-héros doté de la capacité de voler. Il y a contradiction entre le costume superhéroïque d’une part, et l’absence manifeste de superpouvoirs d’autre part, ce qui crée un effet comique puisque les attentes du lecteur sont contredites.

On remarque que la foule en contrebas ne prête aucune attention au superhéros tant qu’il est en haut de l’immeuble ; ce n’est qu’une fois tombé que certains se retournent ou s’approchent pour l’aider. Encore une fois, on a ici une distorsion du principe superhéroïque qui veut qu’il y ait bien souvent une foule prête à admirer les exploits du héros.

Mise en cases / cadrage : Les événements sont vus de très loin, avec des personnages difficiles à distinguer les uns des autres. Le cadrage fixe accentue l’effet avant/après plutôt que de proposer un déroulement dynamique de l’action. Aucune effet de plongée ou de contreplongée ne vient souligner la chute qui vient d’avoir lieu. L’environnement urbain et les lignes droites des immeubles vus en perspective sont résolument statiques, renforçant la banalité de la scène.

Texte et onomatopées : ils sont totalement absents (les deux cases sont muettes). Cette absence est signifiante puisqu’elle contribue à créer un effet d’éloignement ; le lecteur est peu impliqué dans la scène, qui lui est livrée de façon très objective et statique. L’absence de bruit souligne aussi l’aspect un peu misérable de ce superhéros qui s’écrase à terre sans effusion de sang ni panique.

Type de dessin : le trait de Chris Ware, aisément reconnaissable, ne met pas du tout en valeur la puissance du corps de ses personnages, comme ce serait le cas das un comics de super-héros. Au contraire, il joue sur l’uniformité de tous ces êtres, qui renvoie à la répétition monotone des fenêtres des bâtiments. On trouve beaucoup d’angles droits et un trait minimaliste qui joue sur la banalité de l’événement décrit (alors que l’on s’attendrait à un mouvement extraordinaire).

Couleur : Les tons qui prédominent sont le gris et le brun, couleurs plutôt ternes associées à la monotonie de la vie quotidienne. Seul le superhéros porte des vêtements de couleurs vives, ce qui le distingue clairement des autres tout en nous informant de son statut. On voit que même s’il porte des couleurs extraordinaires, il n’en est pas moins un homme tout ce qu’il y a de plus ordinaire, terne,  soumis aux lois élémentaires de la gravité.

Conclusions : Ware joue avec le mythe du superhéros, qu’il replace dans l’univers du banal et du quotidien. Le décalage entre ce qu’évoque pour nous la notion de superhéros et ce qui a effectivement lieu est si grand qu’un effet comique se dégage. Dans la mesure où le comique repose sur l’échec et l’incapacité du personnage à accomplir quelque chose (sans compter qu’il est possible qu’il soit mort!), on peut employer le terme d’humour noir.

Observations : La dimension humoristique de ces deux cases n’a pas forcément été perçue par les lycéens, qui, dans l’ensemble, disent avoir peu aimé le travail de Chris Ware. Bien qu’ils comprennent parfaitement les mécanismes sous-jacents et soient capables d’expliquer pourquoi le strip est atypique et surprenant, ils semblent avoir été un peu rebutés par le style graphique très sec de l’auteur.

 

Isabelle GUILLAUME et Joanne COT

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *