La toponymie dans la bande dessinée : quelques pistes de réflexion

Des « paysages sans toponymie » dans Polka sur autoroute de Dup (Jessie Bi, 2014, « Polka sur autoroute de DUP« , du9, l’autre bande dessinée, mai 2014) aux toponymes fortement chargés de sens dans les villes imaginaires de Tapiocapolis chez Hergé (Tintin et les Picaros) et de Brüsel et Pâhry dans les Cités obscures de François Schuiten et Benoît Peeters, l’utilisation (ou la non-utilisation) de la toponymie dans la bande dessinée n’est jamais neutre. L’IGN (Institut géographique national) définit ainsi le toponyme comme le « nom propre attribué à une entité géographique, qu’il s’agisse d’un détail naturel ou construit par l’homme » (IGN, « Toponymie : la science des noms géographiques« , Fiche thématique, rubrique Espace éducatif). L’auteur de bande dessinée choisit de fixer ou non des toponymes, de les ancrer dans le réel (ou a minima le réalisme) ou dans l’imaginaire, de leur donner un sens chargé de significations identitaires ou politiques…

La toponymie relève ainsi à la fois de la conscience territoriale (le territoire étant un espace spécifique caractérisé par la délimitation – les toponymes bornent l’espace -, l’appropriation – les toponymes participent de l’appropriation de l’espace par un groupe -, et l’appartenance – les toponymes participent de l’identité territoriale, de cette relation entre les hommes et leur espace qui fait identité) et de l’importance politique de l’espace. « Nommer, c’est prendre possession. A l’aune de cette définition, on mesure à quel point les dénominations géographiques ont de tous temps représenté un enjeu politique. Au-delà du mot, c’est la langue, l’origine du locuteur, le territoire de celui-ci qui s’impose » (Pierre Jaillard, « La toponymie ou l’importance politique des dénominations géographiques« , Canal Académie). De plus, la toponymie révèle les relations entre l’homme et l’espace, à savoir une (non-)sacralisation de l’espace, une (non-)influence de la religion dans l’appropriation de l’espace… Enfin, la toponymie est aujourd’hui au coeur de nombreux conflits territoriaux : le toponyme de « Macédoine » est refusé par la Grèce pour désigner l’Ancienne République Yougoslave de Macédoine (qui garde « ARYM » en français ou « FYROM » en anglais comme toponymes officiels dans les instances internationales) ; certaines cartes indiquent, pour le même territoire politique, « Territoires palestiniens » tandis que d’autres indiquent « Territoires occupés » ; le Maroc revendique à l’Espagne l’îlot qu’il nomme îlot Leila, tandis que l’Espagne l’appelle îlot Perejil (Persil)… Les exemples abondent. « Les mises en perspective géopolitiques et historiques s’appliquent notamment aux phénomènes de substitution ou de contestation de toponymes existants au nom de la restauration, de la restitution, de la contestation ou de l’instauration d’un ordre politique et identitaire » (Frédéric Giraud et Myriam Houssay-Holzschuch, 2008, « Néotoponymie : forme et enjeux de la dénomination des territoires émergents« , L’espace politique, n°5). Et les dessinateurs de bande dessinée usent de cette très forte symbolique du toponyme dans les mondes qu’ils nous donnent à voir, par l’absence comme la présence de la toponymie.

Sans prétendre (très loin de là !) faire le tour des questions que soulève cette absence/présence de la toponymie dans la BD, quelques pistes de réflexion peuvent être soulevées pour interroger le poids de la représentation de l’espace et du politique dans la bande dessinée.

 

Quand la toponymie s’impose aux personnages

Si les toponymes sont des construits politiques et identitaires, certains auteurs de bande dessinée ont représenté des toponymes qui s’imposent, de force, aux personnages et à l’histoire. Le cas de Philémon (le célèbre personnage de Fred) est particulièrement emblématique de cette liberté qu’offre la bande dessinée pour permettre aux auteurs de représenter un espace imaginaire qui donne à voir et à questionner, en miroir, l’espace réel. Fred joue beaucoup, par le biais de son jeune personnage Philémon, de la carte, et les îles dans lesquelles se retrouvent Philémon lorsqu’il voyage (en tombant dans un puits tout d’abord, puis par divers moyens de « transports » magiques) ont la forme des lettres qui forment le toponyme « Atlantique ». La carte rejoint la réalité, la réalité rejoint la carte ; et les lettres qui forment le toponyme que les hommes ont donné à cette partie de l’Océan global sont devenues de « véritables » îles dans le monde de Philémon. « Le « A » dans cet album [Le Naufragé du « A »] c’est le A du mot atlantique inscrit sur la carte. C’est, chez Fred, une île, comme le sont aussi les autres lettres du mot » (Mara Goyet, 2013, « Hommage à Philémon : vérités et mensonges de la cartographie« , blog Alchimie du collège, 4 avril 2013). Et le toponyme ne fait pas seulement la forme de l’île : il lui donne un climat, un milieu biogéographique, un peuplement, une identité. Le toponyme chez Fred devient ici celui qui s’impose aux personnages, qui fabrique l’espace, qui « formate » les pratiques spatiales des personnages.

Fred, Le Naufragé du "A", Dargaud, 1972.

Fred, Le Naufragé du « A », Dargaud, 1972.

 

 

Toponymes et surnoms affectifs dans la bande dessinée

Concernant la toponymie, la bande dessinée donne à voir aux lecteurs de nombreuses scènes où le toponyme officiel fait place à des appellations chargées de significations et d’attachements territoriaux. Proposant une géographie intime et subjective (par le prisme du regard des personnages et/ou de l’auteur), la bande dessinée est un puissant décrypter des appellations territoriales qui échappent au politique : nommer les lieux, c’est aussi les vivre, s’y attacher ou les rejeter, les ancrer ou non dans son espace vécu.

Parmi ces usages très nombreux d’une toponymie de l’émotion, qui met en scène un rapport affectif (positif ou non) des auteurs de bande dessinée aux lieux et espaces qu’ils dessinent, on peut évoquer la série des Cités obscures de François Schuiten et Benoît Peeters. Proposant un monde imaginaire, les auteurs, particulièrement sensibles aux liens entre architecture, ville et bande dessinée (comme l’a montré l’intervention de Benoît Peeters lors de notre 2e journée d’études « Ville et bande dessinée« , et comme le montre l’actuelle exposition Revoir Paris à la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris), ont peuplé ce monde de « cités » dont les toponymes ne sont pas sans rappeler des villes réelles pour certaines. Si de nombreux toponymes du monde des Cités obscures sont imaginaires, Brüsel et Pâhry évoquent directement, pour les lecteurs, les deux villes-capitales belge et française. Le lecteur est attiré dans sa lecture, par ces toponymes déformés, par la recherche de signes (bâtiments, signalétique, statues…) qui, dans la ville dessinée de Schuiten et Peeters, évoquent concrètement ces deux villes. Le toponyme traduit ici l’affection des deux auteurs pour ces deux villes, mais aussi il est reçu dans la lecture comme une évocation pas si innocente. De Pâhry dans les Cités obscures (dans le récit inachevé Les mystères de Pâhry) à Paris vue du futur dans Revoir Paris, en passant par L’étrange cas du docteur Abraham (Les Cités obscures) qui a été publié pour le 10e anniversaire du Centre Georges Pompidou mais aussi par la rénovation de la station Arts et Métiers redessinée par François Schuiten en 1994 et l’exposition actuelle Revoir Paris, on peut dire que la capitale française est très présente dans l’oeuvre de François Schuiten et Benoît Peeters. Le choix de « Pâhry » comme toponyme imaginaire mais évocateur, presque comme surnom, pour nommer une des villes principales du monde des Cités obscures n’est donc pas anodin.

Dessin de François Schuiten pour la station de métro Arts et Métiers à Paris (1994)
Source : site Alta Plana.

 

 

Histoire de la toponymie : la bande dessinée comme aperçu

La bande dessinée permet aussi de se confronter à l’histoire des toponymes, de rappeler aux lecteurs que ceux-ci ne sont pas immuables. Astérix est un exemple qui vient immédiatement à l’esprit, notamment pour l’album Le tour de Gaule d’Astérix (5e album de la série, pré-publié en 1963, publié sous forme d’album en 1965) où les deux héros, Astérix et son compère Obélix, parcourent la Gaule, en clin d’oeil au Tour de France (que Roland Barthes classait parmi ses « mythologies » du territoire français). Uderzo et Goscinny jouent avec le lecteur de multiples références qui permettent au lecteur de se situer dans l’espace de cette France des toponymes qui pourrait parfois le perdre (qu’il s’agisse du jeune lectorat qui n’a pas encore « touché » aux toponymes romains dans son parcours scolaire, ou d’un lectorat plus âgé qui a oublié ces toponymes, ne lui rappelant que de vagues souvenirs de son parcours scolaire) :

  • Dans l’agencement de la case : Le toponyme renvoie à un astérisque qui mène à une note de l’auteur que l’on pourrait nommer « note de bas de case ». Les auteurs s’immiscent dans la case pour donner une grille de compréhension aux lecteurs : Durocortorum, c’est Reims ; Divodurum, Metz ; Burdigala, Bordeaux…

  • Par la cartographie : La carte du « tour de Gaule », elle aussi, permet au lecteur de repérer les toponymes des viles traversées par les deux héros, d’autant plus qu’elle joue d’un anachronisme important (procédé dont jouent souvent les auteurs) : lorsque Astérix  lance son pari au romain Lucius Fleurdelotus, il dessine dans le sol une carte de la « Gaule » dont les frontières sont en réalité celle de la France contemporaine. Clin d’oeil des deux auteurs pour mieux rappeler que cette Gaule mythifiée est un miroir de la France de leur temps, cette carte sert de référent dans l’espace du parcours des deux héros, qui permet au lecteur de se situer à chacune des étapes.
tour-de-gaule

René Goscinny et Albert Uderzo, 1965, Le Tour de Gaule d’Astérix, Dargaud, planche 5.

  • Du toponyme à l’identité territoriale : par-delà la « note de bas de case », d’autres repères permettent au lecteur de se situer dans l’espace du récit, notamment par l’association des toponymes en latin à des spécialités gastronomiques (souvent totalement anachroniques) qui font référence à des patrimoines culturels fortement ancrés dans des territoires (Bêtises de Camaracum, vins fins à Durucortum, veau sur l’ « autoroute » du Sud, salade nicaeoise, pruneaux à Aginum, huîtres à Burdigala, etc. Là, terroir, territoire et identité territoriale s’entremêlent pour évoquer au lecteur des référents spatiaux qui lui permettent d’associer le toponyme au lieu. Evocation d’une appartenance territoriale si évidente, qu’elle a u être réutilisée par certaines associations locales (comme, ci-dessous, une affiche réalisée par Les Amis du Champagne Mumm – Reims, et les éditions Albert René, en 1985).

Les titres de certains albums évoquent aussi ces anachronismes humoristiques de la série des Astérix par la toponymie et les noms des peuples qui habitent des territoires qui n’ont, pourtant, pas encore les frontières actuelles qu’elles évoquent inévitablement à la lecture : Astérix et les Goths (3e album, 1963)), Astérix en Hispanie (14e album, 1969), Astérix chez les Helvètes (16e album, 1970), et plus récemment, depuis la reprise de la série par Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, Astérix chez les Pictes (35e album, 2013).

 

–> Ces usages ne sont pas exhaustifs, et ont pour principal objectif de montrer la diversité des manières dont les auteurs de bande dessinée s’emparent de la toponymie. Au final, la bande dessinée est à la fois un révélateur des usages de la toponymie, un détournement de la toponymie officielle, une forme de réappropriation des lieux par l’espace dessiné.

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 07/01/2015

    […] recommande quelques pistes de réflexion sur "La toponymie dans la bande dessinée", disponible en ligne sur le carnet SciencesDessinées, rédigé par Bénédicte […]

  2. 31/07/2016

    […] Développement durable. Salon Robonum rique Saint Quentin (Aisne) les 15 et 16 octobre. Le design culinaire comme potentiel de valorisation d'un territoire. Le design est-il mangeable ? La toponymie dans la bande dessinée : quelques pistes de réflexion – SciencesDessinées. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *