Compte Rendu de la journée d’études du 17 avril 2014 : Nature et Bande Dessinée

Nature_BandeDessineeLa journée d’études du 17 avril 2014 ayant pour cadre la représentation de la nature et de l’environnement dans la bande dessinée a été l’occasion de quatre interventions sur des thèmes variés, permettant une approche sensibilisée de la question lors de l’entretien avec Etienne Davodeau qui eut lieu l’après-midi (et qui sera disponible en podcasts et en écoute libre sur notre site sous peu).

Quatre interventions donc :

  • Julie Le Gall, « Le monde rural en BD : une approche militante ?« 
  • Paul Arnould, « Le vivant mis en cases, arbres et forêts dans Tintin, Astérix et Les Bidochons« 
  • Véronique Servat, « Quand la BD rencontre la géographie scolaire : regards singuliers sur les risques et les ruralités« 
  • Frédéric Ducarme, « La nature dans Dragon Ball : du cosmos taoïste à l’écologie globale« 

 

 

Le monde rural en BD : une approche militante ?
(Julie Le Gall)

Julie Le Gall (maître de conférences en géographie à l’ENS de Lyon) nous propose le regard d’une géographe spécialiste de l’espace rural et des agricultures urbaines sur la représentation du monde rural en bande dessinée. D’emblée, le grand invité de notre journée d’études est évoqué : pour parler du rural, Etienne Davodeau interpelle le lecteur par son titre : Rural avec un « ! », en mode défensif, la couverture est marquée du sceau de José Bové (qui a préfacé la BD), soutenue par la Conf’. Une Bd qui dit qqch de revendicatif sur le monde rural, en réponse à la journée sur la ville. Le monde rural mis en bd implique t il une approche militante, une défense du phénomène ?

Ce n’est pas si simple, il faut ajouter un point d’interrogation.

Le rural ce sont les campagnes dessinées, pensées en opposition à l’urbain, avec des paysages naturels aux densités plus faibles. Le rural c’est aussi un type d’habitat très particulier, aux économies particulières, qui ne se confondent pas avec l’agricole. Le rural ce sont aussi des représentations. C’est un espace défini par des statistiques. Une superficie importante donc.

Néanmoins, une diversité des activités dont témoignent les BD. Dans ces briques, des éléments de contexte, des mutations et des pressions face à la croissance urbaine, des pressions politiques, avec la mise en place de la pac qui a conduit des politiques à exiger une productivité supérieure. Dans ce contexte, le monde rural a subi d’autres pressions. Le monde rural est en mutation, accélération depuis les années 1970 et 1980 avec l’OMC. Toutes ces mutations amènent des engagements pour ou contre, des militantismes, pour dessiner, pour militer.

Faut il être militant pour mettre le monde rural en cases ? Est-ce nécessairement à des fins revendicatives ? Quels symboles du rural, de la nature dans votre dessin ? Comment la BD s’empare du monde rural, que nous apprend-elle à nous, lecteurs, urbains ? Quand la BD parle t elle de rural ?

Corpus : des bandes dessinées récentes, d’autres classiques, des BD humours, des BD étrangères (Thoreau, Magasin Général)…  Comment le monde rural est un objet, est-ce que tous les auteurs disent la même chose ? Est-ce toujours en opposition à la ville ? Le monde rural est aussi une métaphore d’un monde à défendre, sur le plan économique, écologique et rural.

Le monde rural, décor ou objet ? Les paysages, le retour au village et la vie de château. Des éléments récurrents disant qu’on est dans le rural : la forêt dans Le Combat Ordinaire. Les exploitations qu’on retrouve dans toutes les BD de Davodeau. Ensuite un habitat traidtionnel, généralement dispersé, avec des petites maisons, en pierre, aux toits de tuile, des espaces reculés de l’espace français. La représentation qui domine c’est le village. Dès qu’on est dans un village, on est dans le monde rural. On repère alors une ligne d’églises, de petits villages, comme dans les premières pages des Mauvaises Gens. Quid des choix graphiques ? Souvent on reprend le noir et blanc ou des couleurs monochromes.

C’est alors le décor immobile, un monochrome où des personnages évoluent. Il y a aussi des châteaux : Champignac et Moulinsart. Quant aux personnages, ce sont des hommes et des bêtes : le monde rural est essentiellement masculin, absence de femmes héroines ? Ces personnages masculins sont accompagnés d’animaux : les premières pages s’ouvrent sur le héros qui se fait lécher par un veau, part à la poursuite du veau. Autre personnage : les familles, les couples, les parents des agriculteurs, les personnes locales telles que le curé dans Magasin Général, le maire dans Le Retour à la terre, la JOC dans Les Mauvaises Gens. C’est la vie des gens qui est racontée.

Les activités représentées sont celles du monde agricole, avec le tracteur : la charrue ou le tracteur qui occupe un grand espace. C’est aussi la transformation, la variation selon les époques : les auteurs montrent un monde rural en transformation, qui va vers la crise ou au moins vers des évolutions nouvelles (le passage en bio). Des places différentes sont accordées au monde rural : c’est un prétexte, comme chez Francis le Blaireau. Un environnement où se trame le scénario, le lieu où les choses se passent : c’est le cas de Magasin Général, de La Communauté aussi. Le monde agricole est aussi défendue, avec une vision didactique, pédagogique, visant à montrer les acteurs, les luttes, visant à contextualiser les luttes, les acteurs, tendant parfois à immobiliser les choses.

Ce monde rural est aussi un temps perdu, un temps suspendu, une mémoire dessinée. Ce monde rural est aussi placé en opposition avec la ville, monde malmené. Les bandes dessinées disent toujours quelque chose de la ville : un monde pensé en opposition à la ville, en miroir de la ville. Il faut voir comment cette vision de la ville peut devenir passéiste. S’opposent des modes de vie, des modes de pensée. Exemple : Le Retour à la Terre (Manu Larcenet et Jean-Yves Ferri). Cette vision tend parfois à la caricature, montrant le rural comme arriéré, plouciste. Mais la ville est aussi regardée par le monde rural : madame Mortemont accompagne Manu à la ville, caricaturant le ville. On retrouve aussi la vision de la ville corrompue dans Thoreau ou dans Magasin Général. Vision du monde rural et du monde hors la ville forcément un monde de l’innocence, idéal, dans la conception biblique des relations villes / campagnes.

Cette opposition ville / campagne mène à deux visions : bulle refuge ou bulle conflit. Dans Le Retour à la Terre, la fuite de Juvisy est celle d’une fuite de la ville, d’un exil salvateur à la campagne. Ce retour à la terre est celui d’un retour sur soi, un moment de refuge, de réflexion sur soi, qu’on retrouve dans la biographie de Thoreau, réfléchissant à la vision politique du monde. Mais cette opposition mène aussi au conflit : Silver Spoon où on voit tous les collégiens du lycée agricole qui racontent leur place. Le héros vient de la ville, d’un milieu aisé et il n’est dans le lycée que pour être le meilleur. On peut penser aussi au Bignon de Davodeau, qui ne résiste pas à l’invasion de l’autoroute, la maison restaurée n’est plus, montrant la fin du conflit politique. Les personnages qui reviennent le plus souvent sont souvent de jeunes paysans : malaise exprimé qui est celui de la crise dans laquelle est plongé le monde agricole.

Cette caricature entre urbain et rural n’est pas univoque : il y a de nombreuses complémentarités, des innovations nombreuses qui ne sont pas dites, qui ne sont pas mises en avant. Rien sur le périurbain, cette caricature montre les vestiges d’un monde perdu, un monde sous l’angle de la nostalgie et la BD montre un monde peut être oublié des politiques, un monde vivant.

Un monde à défendre donc : un rural écologiquement correct. Le monde rural est dessiné à travers ses innovation agricole, le bio ou le biodynamique. Ce sont aussi des pratiques qui sont plus respectueuses de l’environnement qui sont mises en avant. Dans la communauté, ce sont les urbains qui vont s’installer à la campagne, montrant qu’un autre monde est possible sur le plan écologique. C’est aussi une vision politiquement correcte, défendant le monde rural à des politiques défavorables. Les agriculteurs mis en scène ne sont pas des céréaliers de la Beauce. Dans le reportage « Le prix de la terre » de La Revue Dessinée, on voit le problème de l’accès au foncier des jeunes. Enfin, le monde rural est aussi un lien social retrouvé : c’est un lien social de communauté, une vision très idéaliste du monde rural, où le monde social, solidaire fonde la communauté. Plus généralement, c’est un monde de solidarité, de potins aussi, d’entraide comme dans Magasin Général. Dans ces bandes dessinées on voit des frictions notées, on voit les distorsions qui existent également : ce n’est pas un monde idéaliste mais les auteurs cherchent à montrer les relations qui continuent d’exister, qui ne sont pas mises à mal.

Les auteurs ne sont pas militants systématiquement, ce sont les auteurs récents qui font passer un message, traduisant le message post 90’s, la remontée de l’agriculture paysanne, des critiques productivistes, questionnant ce qui avait été fait dans le monde agricole. Ces auteurs devraient être mis en relation avec Depardon, avec les visions caricaturales de la télé-réalité L’Amour est dans le pré. Ce qui reste à dessiner, c’est le périurbain, un espace qui mérite d’être représenté.

Un espace sans géosymbole ? La sous-représentation du périurbain est due au manque de conscience de périurbain diversifié.

 

 

Le vivant mis en cases, arbres et forêts dans Tintin, Astérix et Les Bidochons
(Paul Arnould)

Paul Arnould (biogéographie et géographe de l’environnement, professeur à l’ENS de Lyon) publiera en mai 2014 un ouvrage Au plaisir des forêts dans lequel il consacre des pages à la représentation de la nature dans l’imaginaire enfantin en s’appuyant sur des bandes dessinées telles que Tintin. Le vivant c’est de la biochimie, ce sont les briques du vivant. La géographie de la vie, la BD ce sont des histoires de vie. Les êtres vivants, les espèces, tout le tissu de la biodiversité : une idée d’inventorier le vivant, de nommer les êtres qui entourent. Des cases qui sont des stéréotypes. BD classiques : Astérix, Tintin, La Patrouille des Castors. Ce n’est pas très à jour, c’est du daté, mais qui dit tout de même quelque chose. Avant de parler de Tintin et d’Hergé, je voudrais parler d’Astérix qui a forgé de nombreuses mentalités sur la vision de notre histoire. Les tableaux de la forêt gauloise sont nombreux, le chêne est extrêmement présent : c’est d’abord Panoramix, toutes les forêts représentées sont des forêts de chênes, représentant 40% des espèces des grands arbres. Il n’y en a que pour le chêne, lorsqu’ils vont à la chasse : il y a aussi le chêne, au dessus de la table du banquet. Une forêt monospécifique de chêne qui a du sens : c’est aussi une forêt avec des animaux limités. Les écureuils et les lapins, toujours mignons, et les sangliers, animaux sacrificiels qu’Obélix tue sans état d’âme. Un animal qui a gardé une forte signification en biogéographie (comme le montre la thèse de doctorat en géographie de Coralie Mounet qui confronte deux « animaux à problèmes » : le loup et le sanglier dans les Alpes du Nord). Le sanglier est un animal à forte valeur symbolique, c’est un animal dangereux, sauvage encore, mi-domestique, mi-sauvage. Cet entre-deux lui doit les surnoms de « cochonglier » en France ou de « sanglochon » en Belgique). On trouve du sacré dans Astérix, on trouve aussi du social comme dans Le Domaine des Dieux : les spéculateurs viennent avec une armée de bucherons venus de tout l’empire (des Numides, des Helvètes, donnant à voir des images cacophoniques, préfigurant le prolétariat forestier des travailleurs venus des Balkans). Dans cette BD, il y a aussi Panoramix le druide, quasiment chercheur de l’INRA, réussissant à recréer des arbres centenaires en un clin d’œil, l’OGM de l’Antiquité réalisant le rêve de tout forestier productiviste.

Dans Les Bidochons, plusieurs fois des thèmes sur la forêt : c’est le cas de l’album Maison sucrée maison. Les Bidochons cherchent à avoir une maison. Germaine a rêvé d’avoir leur maison dans une forêt centenaire. Elle plante des chênes d’un air désespéré, traitant de manière caricatural l’habitation près de la forêt, avec des choses récupérées par la publicité, la campagne proche du domicile.

Claude Ponti, auteur laissant libre cours à l’imaginaire, faisant des livres pour enfants notamment. L’arbre sans fin, histoire de la petit Hipollène, dans un arbre magique, à la chasse aux graines Glousse, qu’on doit chatouiller pour qu’elles sortent de leur gangue. Elles croisent des dizaines de personnages merveilleux, c’est féérique, truffé de détails. Le catalogue des parents pour les enfants qui souhaitent en changer de Ponti : il y a parmi eux les Baobabs, deux parents issus de l’agriculture biologique et multicentenaire. On peut parler aussi de Gaston Lagaffe, symbole de l’environnement par l’ONU. Pourtant Gaston est ambigu, il pollue, il nuit de façon sonore, mais il protège aussi.

On vante Hergé pour sa capacité à se documenter : mais les trois premiers Tintin (Tintin chez les SovietsTintin au CongoTintin en Amérique dans les grandes forêts d’Amérique) témoignent d’un aspect caricatural dans la représentation de la nature et tout particulièrement de l’arbre. Lorsque Tintin fait de la voiture le long des routes, on voit des chicots d’arbre, des racines qui restent. Pour mettre la nature en cases, c’est plus facile de mettre des herbes que des arbres. Dans Tintin au Congo, c’est plutôt de la savane arborée, dans en Amérique, c’est la prairie. Du coup, Hergé dessine les animaux, préfigurant les Big Five : le lion, l’éléphant, le buffle, le léopard… On a cette idéologie des animaux emblématiques, à tuer. Les animaux de chasseur : entre les chasseurs, les écologues et les touristes, les mêmes mécanismes fonctionnent qui veulent être maîtres et possesseurs de la nature. L’éléphant qui charge, le lion mis à la raison par Milou, le massacre de gazelles, on a là la caricature du rapport de l’homme aux animaux et à la nature dans Tintin au Congo, plus proches du bien meuble que de l’être sensible. Souvent animaux et végétaux sont sujet de gag : le serpent qui avale Milou, le rhinocéros qui permet à Tintin de rebondir, l’arbre salvateur aussi où l’arbre providentiel sauve Tintin dans l’accident de train. Dans Tintin en Amérique, il n’y a jamais de forêt, sauf pour les besoins de la cause, quand le scénario l’appelle. L’arbre providentiel, support de gag aussi. Les arbres mirages que les Dupont se tapent dans le désert.

Mais cette représentation de l’arbre évolue dans la série. Dans Le Secret de la Licorne, la forêt-parc de Moulinsart est immense, un milieu forestier récupéré dans les résidences aristocratiques où l’on évoque tout de même le sauvage face au domestique de la résidence. Plus cela avance, plus l’arbre et la forêt prennent une place importante : tous les types d’arbres et de forêts. Dans Les Bijoux de la Castafiore, l’arbre et la pie deviennent des éléments essentiels de l’intrigue. La BD est prétexte à la montée sur l’arbre. Le peuplier, seul, ce qui est étrange (les peupliers poussent dans des peupleraies, « collectivement »), est prétexte à Hergé pour dessiner quelque chose de très documenté : l’ascension d’un arbre dont on a élagué les bases. L’arbre avec les Dupont/Dupond reste un arbre à gags, l’arbre devient un élément essentiel de l’intrigue.

Paradoxalement, les allusions les plus intéressantes se trouvent dans Tintin au Tibet. Lors de la montée vers le sommet, il y a trois vignettes où Tintin dit : « On se croirait dans une forêt des Alpes ». Or, les chercheurs européens sont venus au Tibet avec le modèle de l’étagement alpin, cela renvoie au modèle européano-centré, renforcé par le propos du capitaine Haddock dans la même case : « Si j’avais des Rhododendrons comme cela à Moulinsart », mettant en avant le goût du châtelain pour l’exotique.

Dans les derniers albums, on retrouve le fruit salvateur, l’arbre salvateur et l’arbre gag. Enfin, Tintin et les Picaros et L’oreille cassée donnent à voir la forêt tropicale, un sous-bois de clairière et de carton pâte, c’est plutôt de la forêt à la douanier Rousseau que de la forêt réelle. Pour terminer, dans Tintin au Congo, il y déjà la caméra, le film soulignant les utilisations riches de la forêt.

Dans Tintin et les Picaros, on retrouve aussi la forêt-refuge, la forêt-sanctuaire, la forêt sacrée qui sont des invariants, comme chez les Arumbayas. Dans des forêts-refuges, avec cette allusion aux peuples premiers, des peuples en voie de déstructuration, face aux tracts et à l’alcool, comme pour les Picaros. Ces refuges sont des refuges partiels, jamais absolus et inaccessibles.

 

 

Quand la BD rencontre la géographie scolaire : risques et environnement en BD. Regards singuliers sur les risques et les ruralités
(Véronique Servat)

Véronique Servat, enseignante en histoire-géographie au collège Paul Eluard de Montreuil, contributrice du blog Samarra (animé par un collectif d’enseignants sur les arts appréhendés par la géographie et l’histoire, notamment sur la musique et la géographie). Les supports comme la bande dessinée ont été des bols d’air pour rafraichir les pratiques pédagogiques, dans une mise en spectacle, parfois artificielle, de la pratique. La BD constitue un manière de ventiler et de rafraîchir les pratiques.

Deux œuvres qui abordent les risques : Saison Brune de Philippe Squarzoni et Un printemps à Tchernobyl d’Emmanuel Lepage. Dans Saison Brune, une nature qui oscille entre nature apocalyptique et paradis perdu. Il a fait des reportages auprès des zapatistes, a publié Dol, interrogeant les politiques libérales. Il se positionne dans la nébuleuse de Joe Sacco. Plongée dans la problématique du réchauffement climatique : le développement durable entendu comme le modèle dominant aujourd’hui. Il aborde les risques, avec les aléas naturels et industriels, les études qui permettent d’aborder la portée des risques. Le développement durable est au cœur des programmes de 5e et de 2nde. Il oppose et confronte sans cesse les propos des experts, s’abreuvant aux enquêtes du GIEC, donnant une caution scientifique avec une pédagogie d’explication, mettant en regard le discours des experts et sa démarche citoyenne, plus tâtonnante. Quand il met les paysages naturels en case, il privilégie les marqueurs géographiques, suscitant l’adhésion du lecteur, par des géosymboles et des images culturelles connues de tous. Il a une posture très pessimiste, consistant à dévoiler les risques. Il représente tantôt une nature préservée, une introspection faisant de la nature un cadre méditatif (au cœur des Alpes par exemple), évoque la nature institutionnellement protégée. Il la dessine majestueuse, spectaculaire, venant faire se fracasser des images de la villes industrieuses et polluées, des visions d’apocalypse et des images naturelles dans une perspectives de fin du monde où il accole des scènes de combats, convoquant des images de conflits et développant un regard très pessimiste, approchant parfois un millénarisme écologique. A certains moments, il met en regard des paysages protégés de son enfance, une maison de pierre du monde rural, des stéréotypes de nature protégée, liés à la thématique du paradis perdu avec des images de fins du monde, recréant la mystique du paradis perdu. Il a une vision très cinématographique : la main qui effleure des herbes hautes, il la dessine à chaque fois qu’il parle du paradis perdu, de la même manière que dans Gladiator où la caresse des champs de blé introduit la vision nostalgique d’une maison espagnole préservée, d’une famille protégée.

Emmanuel Lepage pose un autre regard sur la nature et les risques, et dessine davantage une nature en transformation. Son récit Un printemps à Tchernobyl montre qu’il est parti avec des représentations de la nature traumatisée par l’accident nucléaire, qui se heurtent à la réalité du terrain. « Gildas, tu crois qu’on peut dire : Tchernobyl, c’est beau ? Je sens confusément l’ambiguïté de ces mots collés l’un à l’autre. Pourtant c’est ce que me souffle mon dessin. La mort a ce visage ? Ca ne colle pas. On ne m’a pas envoyé ici pour revenir avec ça ! ». Il y a quelque chose de majestueux et d’extraordinaire chez Emmanuel Lepage, un dessin magnifique là où chez Philippe Squarzoni le discours est prioritaire. Lepage verbalise l’inattendu, l’incompréhensible de ce qu’il voit, c’est le procédé graphique qui met en avant la nature. Trois formes de nature : 1/ une nature meurtrie, outragée. On la découvre fantomatique, avec des arbres décharnés, des troncs stigmatisés, avec le ton du noir et blanc. 2/ Une nature mutante, menaçante, dans une forêt où il recherche les traces tangibles de l’accident. Il débusque le visible de la mort radioactive invisible, quitte à être dans la surinterprétation. 3/ le basculement dans une vignette, où il a besoin de la couleur, où il sent le besoin de mettre de la couleur, une nature magnifiée. Cela repose sur une appropriation et une rencontre avec les gens qui accueille les artistes dans la Zone Interdite, transformation une vision de la nature luxuriante. Des planches plus douces aussi, un bucolique presque d’une nature en renaissance.

La nature n’est pas seulement représentée par le prisme des risques, et la bande dessinée peut aussi être appréhendée en classe pour évoquer la ruralité. Confrontons deux BD : Le retour à la terre (Jean-Yves Ferri et Manu Larcenet) et La Communauté (Hervé Tanquerelle et Yann Benoît).

Le retour à la terre montre la rencontre d’ex-citadins avec des ruraux, des « ploucs ». Quand on balaie les six tomes, il n’y a pas tant d’apparition de la nature que cela. Il y a quelques éclairages ponctuels qui aident à cerner. Il y a peu d’activités dans cet espace rural dessiné : on les voit apparaître ponctuellement par des personnages : un chasseur, un agriculteur, madame Mortemont, tous ancrés dans des habitus qui semble d’un autre âge. On a des champs vides d’activités, quelques bêtes d’élevage, vaguement présentes, ne dénotant pas d’une activité intense.  La forêt dans Le retour à la terre n’est pas anodine : un décor naturel mis en case récurrent. Une vision mystique et religieuse de la forêt : il laisse s’exprimer ses craintes, l’errance, le cauchemar, le traumatisme. La forêt est le lieu enfantin de l’angoisse. Territoire paradoxal : le personnage de l’ermite, personnage récurrent, un capitaine caverne qui philosophe et qui s’envole parfois. On a un monde rural marginalisé dans ses mœurs, dans sa démographie mais aussi la mise en avant d’un lieu de sagesse et de recul.

La Communauté montre un autre type de retour à la terre après 1968. Idée d’utopie rurale. Dans cette série de trois tomes, il y a une proposition de regarder la nature et le monde rural comme un contre-modèle. On est dans le regard urbain, avec un paysan forcément bon, une mythologie d’innocence autour du monde rural idéalisé. Que faire après les mouvements révolutionnaires ? C’est le choix de la terre, le choix de continuer autrement 1968, de faire contre-modèle économique, proposant un système autarcique, un contre-modèle social, avec une société prônant l’individualisme, c’est aussi un contre-modèle moral et éthique, expérience de partage. Le monde rural tel que cette bande dessinée le montre n’est pas un décor : on a la mise en scène d’une appropriation, avec la perspective comparatiste avec le modèle urbain dominant. Ils produisent, le rural est montré comme un espace productif, pas forcément connecté, pas forcément en mouvement. On a là la trace de quelque chose de plus humain, satisfaisant un projet de vie, sous-tendant un choix de modèle.

On garde l’idée finale de sortir des généralisations, de revenir à des études de cas, des exemples singuliers pour ce qu’ils sont, mise en bouche à la découverte d’autre chose.

 

 

La nature dans Dragon Ball : du cosmos taoïste à l’écologie globale
(Frédéric Ducarme)

Parce que la nature n’est pas représentée que dans la bande dessinée franco-belge, Frédéric Ducarme (doctorant au Museum d’histoire naturelle) propose de décentrer le regarder et de décrypter la nature dans les mangas, à travers le manga de Akira Toriyama Dragon Ball est le plus vendu, le plus célèbre en dehors du Japon. En quoi le rapport à la nature est particulier, retrasncrivant une épistémologie singulière ? Publié pendant 11 ans, plus de 6.000 pages, version animée aussi, et de très nombreux produits dérivés. Dans le manga, on suit le personnage principal San Goku tel qu’il grandit, et l’histoire s’étale sur une quarantaine d’années. San Goku peut se transformer, en super guerrier mais aussi en singe géant. Le personnage d’homme-singe repose sur Le Voyage en Occident (ce qui est « occident » ici étant l’Inde), célébrissime roman picaresque chinois de Wu Cheng’en. Le héros est le Roi des singes, s’appelle Sun Wukong, a un bâton magique et un nuage magique, tout comme Son Goku dans son enfance.

La nature comme décor : la Chine traditionnelle. Les BD ont plus ou moins de décor. Dans Dragon Ball, le décor est mis en avant, notamment au début avec la toute première illustration du manga. On est au fin fond de la wilderness, avec un personnage en harmonie avec la nature, saluant les singes au fin fond des grandes montagnes chinoises. Cette nature est d’abord magnifiée : le temps passe entre deux actions, rappelant alors les styles d’estampes ou humoristique (une chouette portant un casquette maoiste). La nature est aussi source des menaces : la nature est peuplée d’animaux terrifiants, un énorme dinosaure par exemple. Dans cette nature violente, beaucoup de personnages sont démunis : Bulma, la jeune fille urbaine et technologisée, ou Chichi poursuivie ou Krilin assailli par des animaux. Enfin, cette nature est habitée par le surnaturel : parmi les cinq personnages du début, deux sont des animaux magiques Puerh/Plume et Oolong,  et le personnage principal est un enfant-singe. On a aussi des personnages-animaux très présents dans la foule représentée lors des scènes de tournois d’arts martiaux : la moitié du public est composée d’animaux, la plupart parle, sauf l’organisateur du championnat, un chien. Ce surnaturel contribue au côté humoristique mais aussi possède aussi une dimension religieuse : le dragon magique (au coeur de l’histoire et du titre puisque le récit narre la quête des « dragon ball » permettant d’appeler le dragon magique pour qu’il réalise des voeux), l’ermite-chat maître Karin, Kami-Sama (très mal traduit par « Dieu » dans certaines versions en français, notamment dans l’anime), maître Kaio, les Kaio Shin, etc., dessinant un panthéon complexe d’une nature habitée par des hiérarchies religieuses, une nature qui est en permanence observée par d’autres divinités, y compris le Roi Enma qui décide qui va en enfer ou non.

La nature c’est aussi un rapport à la nature révélateur. Dès les premiers tomes, la question de l’humanité est posée : San Goku est-il humain ? C’est un personnage intermédiaire entre nature et culture, notamment dans son rapport à Bulma, très urbaine. Il part à la chasse, il a pris un loup et un mille pattes, elle est terrifiée. Il boit comme un chat. Mais c’est surtout la question de sa nudité : il a un zizi d’enfant, cela ne le dérange jamais, au contraire de Bulma (qui signifie « sexy » en japonais) qui cherche à cacher son corps qui est sans cesse désir. Dernier aspect de l’innocence : Goku découvre la voiture. Quand il se change en singe géant, calqué sur un imaginaire du loup-garou, un singe-garou devenant parfaitement un animal d’un point de vue visuel et comportemental. Cette puissance destructrice s’applique toujours sur l’anthropisé, sur les monuments ou sur la technologie, jamais sur la nature. Bulma apparaît comme un personnage arraché à la nature : dans le costume, dans les engins utilisés. La représentation de la nature est ici un révélateur de la personnalité des personnages qui passe par la culture taoïste. Le Tao, c’est le droit chemin. Il est thématisé par le personnage de Ten Shin Han. Kamé Sennin (le maître des tortues), qui pourtant ne suit pas toujours la voie de la sagesse, le dit également : « Le droit chemin, il n’y a que ça de vrai ». Le fait de chevaucher les nuages est aussi une pensée manifeste de Lao Tseu, d’autant plus qu’il a faut avoir le cœur pur : Bulma ne peut pas, ni Kamé Sennin (qui est un pervers sexuel fini, le vieux pervers), de même que Krilin (parce qu’il a un mauvais but, non noble dans le début du manga). Goku est parfaitement noble, au cœur pur, qui ne peut être corrompu : quand il affronte le personnage diabolique faisant exploser les vices : « ce gamin, on dirait un ange ». Mais ce point fort est aussi un poncif de la faiblesse : « veux-tu être Dieu à ma place ? » lui demande Kami-Sama. Goku, suivant sa voie, ne peut que répondre non. Dans cet idéal taoiste, la nature montre la voie dans Dragon Ball, cette voie du Tao est consubstantielle à la voix des arts martiaux, surtout le primat de la force spirituelle. On peut penser d’ailleurs à l’entraînement très rural de Kamé Sennin : la toute première chose qu’il demande à Goku et Krilin est de travailler la terre. L’entraînement est confronté sans cesse à la nature : juste avant le combat majeur contre Cell, Goku préfère aller à la pèche avec son fils San Gohan. La nature fait parti de l’entraînement. Dans cette nature comme espace de l’entraînement, on a une forte présence de la montagne qui est un lieu de dépassement de soi, superlatif aussi de la nature sauvage. Le premier entraînement de San Gohan enfant, c’est de survivre dans les montagnes hostiles peuplées d’animaux sauvages, fantastiques et particulièrement puissants. Si ce n’est pas un espace de vie pour les personnages, c’est l’espace auquel on revient toujours pour s’entraîner, pour apprendre à se dépasser. Enfin, beaucoup de personnages sont montrés en lien avec la nature : l’indien qui se bat avec un baton pour protéger le lieu sacré, dans une confrontation nature/culture. Même chose avec le peuple des Namek, gouverné par un chef qui n’a pas à imposer son autorité, qui a l’autorité naturelle de père, vivant en harmonie, autour d’un peuple agro-pastoral. Même chose avec Mister Popo : « Reste calme comme le ciel et bouge plus vite que la foudre ». La palette des personnages explore toujours le lien entre la relation du personnage à la nature et la voie du tao : Satan (Hercule dans l’anime), très poilu, qui fait du catch, sport de combat ridicule par rapport à la noblesse des arts martiaux, il n’est pas dans la recherche spirituelle. Il est au départ le contraire de Goku qui  lui utilise la nature. La nature s’incarne même comme force dans le combat : il imite le singe, il fait usage du Genki Dama. La nature n’est pas une nature prise comme nature vivante, mais une nature création, collectant tout. Goku finit par être un catalyseur taoïste, à son contact, les autres personnages deviennent meilleurs : Piccolo « Le démon Piccolo a sauvé un petit ». Cela se traduit dans le dessin aussi : Piccolo, Krilin, Végéta, Ten Shin Han, Yamcha, leur physionomie va évoluer vers la sagesse. Après la rencontre avec Vegeta, le type d’ennemis change, et confronte Goku à des amis qu’il ne peut ramener vers la voie de la sagesse : on a alors l’irruption et la systématisation des ennemis synthétiques : des robots, des cyborgs, Freezer qui se fait réparer, Cell et Boo sont des créations génétiques. Ce sont des méchants destructeurs dans Dragon Ball : ils sont dans la destruction de la nature comme Nappa ou Cell.

La nature apparaît comme un enjeu : la nature est menacée de destruction. Cependant, tous les personnages finissent par avoir le pouvoir de tuer la terre en un coup : cela s’incarne dans des illustrations de destruction faisant apparaître le dessin du champignon nucléaire, énormément d’explosions. Cela va culminer dans la destruction de Namek par Freezer : la planète ne résiste pas au combat. De la nature au désert, la nécessaire neutralisation des paysages : il faut emmener l’ennemi dans un endroit désert pour ne pas toucher les hommes ou les animaux. On passe de la forêt au ring d’arts martiaux au désert et à l’autre planète. Progressivement, on assiste aussi à une globalisation des conflits dans Dragon Ball : de la survie individuelle au destin de l’humanité (Piccolo notamment) puis l’enjeu planétaire (Végéta) et enfin un enjeu universel (face à Freezer et Cell). Cela se rejoint à la place des paysages : la terre vue de l’espace, on voit la terre dans son entièreté, une des dernières images de la terre fragile. On  a aussi de façon concomitante une occidentalisation ou une globalisation du cadre : l’espace de vie des personnages est de plus en plus citadin (San Gohan jeune adulte se rend dans un campus à l’américaine, où il étudie et joue au base-ball). Cela se traduit aussi dans la représentation de la nature, avec des paysages de chênes, un village, avec une neutralisation culturelle du paysage. Cela montre une triple mondialisation : globalisation des enjeux du récit, mondialisation culturelle du mange, mondialisation de la diffusion aussi. A la base c’est un manga japonais, parlant d’une légende japonaise mais comme cela se vend partout, on a ici peut-être la main de la production.

Malgré toutes ces transformations, il y a ce fil rouge de la défense de la nature, l’harmonie entre la nature et l’homme, C16, mourant, dit à San Gohan « Protège la nature et les animaux que j’adore », véritable turning point de l’intrigue, révélant par la nécessaire protection de la nature la véritable force de San Gohan.

 


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 25/04/2014

    […] Intervention le jeudi 17 avril 2014 organisée par le laboratoire Juniors sciences dessinées : http://labojrsd.hypotheses.org/1954 […]

  2. 12/05/2014

    […] le cadre de la préparation d’une journée d’étude (1) consacrée à la représentation de la nature et de l’environnement dans la BD, Bénédicte […]

  3. 12/06/2014

    […] le cadre de la préparation d’une journée d’étude (1) consacrée à la représentation de la nature et de l’environnement dans la BD, Bénédicte […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *