Série « Café géo Ville et BD » (6) : Enki Bilal : Sarajevo, une ville en guerre ? La ville en guerre, une Sarajevo ?

CafeGeo_Ville_BandeDessineeCe texte est un extrait du compte-rendu du Café géographique de Paris du 28 janvier 2014 où Aymeric Landot et Bénédicte Tratnjek étaient invités à intervenir sur le sujet “Représenter l’espace urbain dans la bande dessinée” suite à la journée d’études du Laboratoire junior Sciences Dessinées du 18 septembre 2013 : Ville et bande dessinée, avec Benoît Peeters comme invité du grand entretien. L’intégralité du compte-rendu est à paraître sur le site des Cafés géographiques que nous remercions de cette invitation.

Il fait suite au billet « La ville et la guerre dans la bande dessinée« . Voir également le billet “La ville dans le manga, entre urbaphilie et urbaphobie“.  Voir tous les billets de la série “Café géo Ville et BD”.

 

Enki Bilal : Sarajevo, une ville en guerre ?
La ville en guerre, une Sarajevo ?

Bénédicte Tratnjek poursuit le questionnement sur les représentations de la ville en guerre dans la bande dessinée, à travers l’œuvre d’Enki Bilal chez qui cette figure de l’urbain comme espace de guerre est particulièrement présent. Dans son œuvre, « encadré dans une esthétique cyberpunk, il montre visuellement, dans ses atmosphères et ses espaces détruits, une rupture ou une fêlure existentielle. Ses bandes dessinées regorgent de lieux urbains monstrueux, inhumains et surpeuplés, bombardés et démolis par des guerres qui reproduisent celles de son pays [Enki Bilal est né en Yougoslavie, à Belgrade], de ce pays démembré qu’il a quitté quand il était enfant » [1]. Dans certaines des villes représentées par Enki Bilal, le lecteur peut se situer : la forte présence de Sarajevo apparaît non seulement par les toponymes qui accompagnent le récit, mais également par la présence de hauts-lieux sarajéviens, tels que le bâtiment du journal Oslobodenje, devenu un géosymbole des paysages de la destruction pendant la guerre de Bosnie-Herzégovine. Dans La Tétralogie du Monstre, Enki Bilal fait ainsi une référence directe aux guerres de décomposition de la Yougoslavie, et la ville de Sarajevo est représentée comme une ville en guerre marquée par la destruction et la terreur. Des planches du premier tome, Le sommeil du monstre, qui représentent Sarajevo sont parmi les plus connues de l’œuvre d’Enki Bilal.

Mais plus qu’une géographie intime à l’instar de Frano Petruša et de ses espaces de la nostalgie dans la ville de son adolescence, Enki Bilal propose une lecture qui allie futurisme et réalisme : si l’on retrouve des hauts-lieux sarajéviens tels que le bâtiment du journal Oslobodenje, ceux-ci sont détournés de leur fonction : le journal est devenu un hôtel 3 étoiles (qui n’est pas sans rappeler le rôle des hôtels dans l’accueil des journalistes du monde entier pendant le siège de Sarajevo). Les taxis sarajéviens, moyen de transport très répandu, sont devenus et volants (tels que ceux de l’imaginaire de la science-fiction). Le tramway sarajévien est toujours présent, mais partage la rue non plus avec d’autres modes de transport, mais avec des traces de tranchées et des espaces de la mort. Là encore, la réalité de la guerre et l’imaginaire futuriste s’entrechoquent : à Sarajevo, des espaces publics ont bien été transformés en « cimetières de fortune », tout particulièrement les friches olympiques, qui font des anciens stade et village olympiques des espaces de la mort. De même, les trois personnages partagent une même identité territoriale : ils sont tous trois nés dans le même berceau dans un hôpital bombardé de Sarajevo, clin d’œil explicite aux bombardements contre les espaces de la santé dans la ville assiégée.

Le Sarajevo dessiné par Enki Bilal entrechoque les temporalités : il est à la fois le Sarajevo du passé (si l’on se réfère à la date où se situe l’histoire, en 2026) et celui d’un futur imaginaire teintée de science-fiction cyberpunk. Et planche après planche, Enki Bilal perd le lecteur dans le Sarajevo qui n’est plus tout à fait Sarajevo, réinvente l’architecture tout en y insérant des référents paysagers explicites. Alors que la mémoire des personnages dans La Tétralogie du monstre est au cœur de la fiction, Sarajevo est à la fois représentée comme le territoire d’une mémoire douloureuse précise et un espace où s’entremêlent toutes les mémoires de toutes les villes en guerre. Au final, Enki Bilal semble représenter Sarajevo comme une ville en guerre « comme les autres », où les invariants de l’efficacité géographique de la guerre dépasseraient les particularismes locaux. La guerre, ses paysages de destruction et sa « géographie inhumaine » (pour reprendre l’expression du géographe Stéphane Rosière [2]) semblent dépasser Sarajevo, pour faire de la Sarajevo dessinée par Enki Bilal « la » ville en guerre, véritable condensé de toutes les villes en guerre, et par-delà même, de toutes les villes.

L’Oslobodenje, devenu un hôtel dans le Sarajevo futuriste d’Enki Bilal Source : Enki Bilal, 1998, Le sommeil du monstre, Les Humanoïdes Associés (réédition en 2006 chez Casterman), planche 52.

L’Oslobodenje, devenu un hôtel dans le Sarajevo futuriste d’Enki Bilal
Source : Enki Bilal, 1998, Le sommeil du monstre, Les Humanoïdes Associés (réédition en 2006 chez Casterman), planche 52.

Parallèlement, dans les autres villes en guerre représentées dans l’œuvre d’Enki Bilal, Sarajevo semble toujours s’immiscer, être présente. Si différentes villes sont présentes dans Sarajevo telle que la représente et la réinvente Enki Bilal, Sarajevo est présente dans différentes villes. De Berlin (Enki Bilal a souvent affirmé que pour lui le XXe siècle s’arrêtait en 1989 avec la chute du Mur de Berlin) à Sarajevo, Enki Bilal semble dépeindre un paysage urbain sombre et donner une vision pessimiste de la ville. Mais c’est avant tout une fascination pour la ville, entre urbaphobie et urbaphilie, qui traverse l’œuvre d’Enki Bilal. La Sarajevo dessinée d’Enki Bilal est ainsi, une synthèse de tous les points que l’on a abordé dans ce Café géo : cette ville en guerre est un espace de la nostalgie, un espace de la guerre, un espace du politique, un espace d’innovations territoriales, un espace de l’anticipation, et au final un espace du « post » : post-urbain, post-guerre et post-humain.

Sarajevo_Bilal

Sarajevo, une ville en guerre ? Une ville en guerre, Sarajevo ?
Source : Enki Bilal, 1998, Le sommeil du monstre, Les Humanoïdes Associés (réédition en 2006 chez Casterman), planche 54.

 

–> Billet à suivre : « Le palimpseste urbain d’Enki Bilal »

 


[1] Adela Cortijo, 2007, « « La frontière tirée au cordeau de sang dans la ville » : les lieux-Sarajevo dans la narrative graphique d’Enki Bilal », Quaderns de Filogia. estudis literaris, vol. 12, pp. 211-228.

[2] Voir à ce propos :

  • Stéphane Rosière, 2006, « La géographie face au nettoyage ethnique : vers une géographie inhumaine », Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 83, n°4/2006, pp. 448-460.
  • Stéphane Rosière, 2006, Le nettoyage ethnique. terreur et peuplement, Ellipses, collection Carrefours Géographie, Paris, 297 p.
  • Stéphane Rosière, 2007, « La modification coercitive du peuplement », L’Information géographique, vol. 71, n°1/2007, pp. 7-26.

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 31/03/2014

    […] fait suite au billet “Enki Bilal : Sarajevo, une ville en guerre ? La ville en guerre, une Sarajevo ?“. Voir tous les billets de la série “Café géo Ville et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *