Un blog : Les migrants dans la BD (travailler avec la bande dessinée en classe)

Les_migrants_dans_la_BDL’exposition Albums. Bande dessinée et immigration. 1913-2013 (Musée de l’histoire de l’immigration, Paris, jusqu’au 27 avril 2014) a non seulement montré l’intérêt de la bande dessinée pour s’emparer de sujets de société (si tant est que ce besoin était encore à démontrer), mais aussi son intérêt pour enseigner l’histoire et la géographie. Véronique Servat propose ainsi, pour le blog collectif Samarra (animé par des enseignants en histoire-géographie), un riche compte-rendu de cette exposition : « Albums : quand la bande dessinée s’empare de l’histoire » (30 octobre 2013) et une séance pédagogique, pour son propre blog, pour étudier les mobilités humaines en classe de géographie en 4ème : « BD et mobilités humaines : Quand Joe Sacco suit les migrants africains » (Histgeoblog, 24 novembre 2013), et elle a participé aux propositions pédagogiques autour de l’exposition. Un journal de curation, « L’immigration dans la Bande dessinée » a également été créé sur Scoop.it autour de cette exposition. C’est dire si l’intérêt des enseignants pour appréhender les questions migratoires avec et par la bande dessinée en histoire et en géographie a été important. La bande dessinée n’est pas seulement un « outil » pour appréhender des parties de programme dans les différentes disciplines, elle est aussi un témoignage sur les questions de son temps : en représentant l’espace et l’histoire des migrations dans leurs récits, les auteurs de bande dessinée (qu’ils se mettent en scène comme dans le cas de Joe Sacco qui narre ses reportages à la rencontre d’immigrants, ou qu’ils mettent en scène des personnages fictifs comme le personnage d’Innocent dans Aya de Yopougon qui part s’installer à Paris) abordent des thèmes forts de la migration : le parcours migratoire, la question des mémoires, la (non-)intégration et la (non-)acceptation dans les espaces d’accueil, la rencontre interculturelle… (autant de thèmes qui traversent les programmes d’histoire, de géographie et d’éducation civique dans le secondaire). « Pascal Ory voit même dans les oeuvres de Goscinny, présent dans l’exposition à plus d’un titre, autant de « lieux de mémoire » » (Pascal Ory, 2007, Goscinny (1926-1977) : La liberté d’en rire, Perrin, Paris ; cité dans « Dossier enseignants« , exposition Albums. Bande dessinée et immigration. 1913-2013, p. 10).

 Farid Boudjellal, Les années ventoline (Petit Polio, tome 4), 2007, Futuropolis

Farid Boudjellal, Les années ventoline (Petit Polio, tome 4), 2007, Futuropolis.

Différentes initiatives pédagogiques sont, ainsi, nées de/autour de cette exposition, parmi lesquelles le projet interdisciplinaire (histoire-géographie, documentation et français) pour une classe de 1e ES du lycée Chateaubriand à Rennes. Le blog (accueilli par la plate-forme Le web pédagogique) qui en découle est co-rédigé par les enseignants et par les élèves de la classe de 1e ES. Le projet a consisté en plusieurs étapes : une visite de l’exposition Albums. Bande dessinée et immigration. 1913-2013 (couplée à une visite de l’exposition permanente du Musée de l’Histoire de l’Immigration), la rencontre avec des auteurs de bandes dessinées (Farid Boudjellal et Cédric Liano) et des exposés par les élèves sur la bande dessinée. Le blog propose trois catégories : des photographies de la visite des deux expositions au Musée de l’Histoire de l’Immigration, des exposés d’élèves sur la bande dessinée, et des billets sur des romans portant sur l’immigration. On s’arrêtera ici sur la présentation de ce qui a trait à la bande dessinée. Les exposés collectifs d’élèves décortiquent ainsi « La représentation de l’immigrant dans la BD« , « Les mémoires de l’immigration dans la bande dessinée« , « Les différents genres de la bande dessinée« , « Les Mangas« , « Le roman graphique« , « La bande dessinée autobiographique« , « L’histoire de la bande dessinée« , « La Bande Dessinée Reportage« , « Les récits de vie en BD« .

Le travail approfondi de cette classe de 1e ES montre bien que la bande dessinée en classe n’est pas seulement un support-prétexte pour aborder des questions au programme et pour proposer aux élèves quelques séances pédagogiques « atypiques » pour « titiller » leur intérêt au cours de l’année. Les exposés de ces élèves montrent bien que ces derniers se sont emparés de questions complexes, ont appris avec la bande dessinée : par exemple pour consacrer une partie de l’exposé « La représentation de l’immigrant dans la BD » à la « révolution de la figure de l’immigrant dans la société et dans la BD », les élèves ont dû faire des recherches sur la « marche des beurs » de 1983, événement marquant pour la société française des années 1980, qui auraient pu « échapper » à leur attention dans un autre contexte. Dans cet exposé, les élèves développent les évolutions de la représentation de la figure du migrant dans la bande dessinée, et confrontent la place de l’immigrant dans la BD et dans la société française, notamment autour de la bande dessinée Petit polio de Farid Boudjellal. De ce fait, ils appréhendent l’histoire par ce que leur montre la bande dessinée, à la fois « outil » pédagogique pour attirer l’attention sur des événements de l’histoire, et témoignage sur la société (avec la subjectivité que l’on appréhende dans tout autre type de témoignage que l’on mobilise dans les cours en histoire, tels que des lettres ou des entretiens). Ainsi, les 4 élèves réalisant cet exposé concluent que « la représentation des immigrants dans la bande dessinée entre en lien direct avec l’histoire de leur statut dans la société« . De même, les 4 élèves qui ont réalisé l’exposé « Les mémoires de l’immigration dans la bande dessinée » concluent que « depuis des années la bande dessinée est un moyen performant de transmettre l’Histoire, des émotions et des souvenirs« .

exposition-albums-bande-dessinee-immigration-green-hotels-parisDans tous les cas, les élèves prennent conscience que toute les formes d’Art, y compris celles qu’ils appréhendent avant tout par le divertissement telles que la bande dessinée ou le cinéma, sont empreintes d’imaginaires qui naissent de pratiques spatiales vécues et d’histoires personnelles, de rencontres et de subjectivités. Ils prennent également conscience que l’histoire, la géographie, la sociologie… ne relèvent pas seulement d’oeuvres qui se veulent « véritables » (par exemple, la mise en bande dessinée d’un manuel d’histoire) ou véridiques (les bandes dessinées autobiographiques ou de reportage), mais que les bandes dessinées de fiction sont aussi empreintes des paradigmes de leur temps. La place accordée, dans l’affiche de l’exposition Albums. Bande dessinée et immigration. 1913-2013 à la bande dessinée Aya de Yopougon, qui propose un récit et des personnages fictifs, montre ainsi que la représentation de la figure du migrant de la bande dessinée peut être appréhendée en classe par les différents genres de bandes dessinées. Les propositions pédagogiques proposées autour de l’exposition sur le site du Musée de l’Histoire de l’Immigration explorent à la fois la géographie, l’histoire, l’éducation civique, les lettres et les arts appliqués. Le projet « Les migrants dans la BD » présenté aussi explore également cette transdisciplinarité qu’impose la bande dessinée : les élèves ont été amené à appréhender la BD autant comme Art (notamment par les exposés sur les différents genres ou l’histoire de la bande dessinée), comme produit culturel (notamment par l’exposé présentant les particularités du manga), et comme témoignage sur des faits de société (que ce soit dans la bande dessinée dite « de non-fiction » ou dans la BD de fiction).

Présenter sur ce carnet de recherches le blog de cette classe de 1e ES n’est pas « neutre » : la question des liens entre la bande dessinée et l’enseignement est l’une des préoccupations du Laboratoire junior Sciences Dessinées, qui prépare pour la mi-juin 2014 une journée d’études sur cette préoccupation.

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. OLLIVIER dit :

    Merci pour votre commentaire développé autour du travail pédagogique que nous avons tenté de réaliser avec nos élèves de lycée sur le thème de la BD et de l’immigration et que nous allons compléter par la rencontre avec deux dessinateurs, Farid Boudjellal et Cédric Liano.
    Gilles Ollivier, Enseignant Histoire-Géographie et co-commissaire de l’exposition Albums : BD et Immigration, 1913-2013

  1. 03/04/2014

    […] Un blog : Les migrants dans la BD (travailler avec la bande dessinée en classe) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *