Série « Meilleurs voeux de Mostar » (4) : La ville des adolescents : loin de la guerre, Mostar au prisme d’une géographie des âges

Dans la bande dessinée Meilleurs vœux de Mostar, Frano Petruša dessine son retour dans la ville de son adolescence : Mostar, en Bosnie-Herzégovine. Au gré de sa redécouverte, le lecteur découvre Mostar sous un prisme particulier : celui du regard d’un adolescent. Les âges produisent, en effet, une géographie très différenciée. En fonction de ce que le géographe Jean-Pierre Paulet nomme les « filtres de représentation », nous ne percevons pas l’espace de la même manière. Parmi ces filtres de représentation, le géographe Paul Claval interpelle dès 2003 sur l’importance d’une « géographie de l’homme lui-même » appelant à prendre en compte les âges (Paul Claval, 2003, Géographie culturelle, chapitre « Une géographie de l’homme lui-même », Armand Colin, Paris). Le récit de Frano Petruša propose ici une remarquable illustration de cette géographie des âges, confrontant le regard de l’adulte de retour après 20 ans dans la ville de Mostar, et le regard de l’adolescent qui s’installe dans cette ville.

Dans les deux cas, les deux regards posent la question de la découverte d’une ville comme espace de vie : adolescent, Frano Petruša vient s’installer dans une ville qu’il connaît à peine (il narre également son cours séjour touristique et familial lors de son enfance, posant là encore un troisième regard). Adulte, Frano Petruša part à la (re)découverte des lieux qui ont marqué sa vie à Mostar lors de son adolescence. Les deux regards s’entremêlent, entre promenade dans la ville et souvenirs. Dans ces espaces de la nostalgie (voir le billet introductif « Introduction : Mostar et les espaces de la nostalgie« ) empreints de hauts-lieux tel que l’emblématique « Vieux pont » de Mostar (voir le billet « Le pont de Mostar dans la BD : haut-lieu médiatique ou centralisé ordinaire ?« ) et d’espaces « ordinaires » (voir le billet « Les espaces publics à Mostar : le multiculturalisme, entre tolérance et rejet« ), ce parcours dans la ville permet, modestement, de questionner la géographie des âges comme une grille de lecture de l’espace tel qu’il est représenté, fantasmé et empreint de subjectivités dans la bande dessinée.

 

Les regards de Frano Petruša : les espaces pratiqués de l’adulte à la recherche des pratiques spatiales de l’adolescent

Frano Petruša revient ainsi, 20 ans après son départ, à Mostar. C’est le point de départ de cette bande dessinée autobiographique. Son parcours dans la ville entremêle les regards : la redécouverte de certains lieux (qu’ils soient des hauts-lieux ou des lieux « ordinaires ») réveille des souvenirs, qui permettent de confronter ses deux temporalités d’une expérience personnelle dans une ville devenue très emblématique des conséquences de la guerre de Bosnie-Herzégovine, mais qui est avant tout représentée par ce qu’elle signifie pour les Mostaris : un territoire du quotidien, dans lequel les pratiques spatiales ne sont pas déterminées par les hauts-lieux médiatiques tels que le « Vieux pont », mais bien davantage par les enjeux du quotidien, depuis les parcours vers l’espace scolaire pour les jeunes et adolescents ou les espaces de travail pour les adultes, jusqu’aux diverses activités du quotidien (alimentation, loisirs, sociabilité…).

Dès lors, c’est une géographie intime dans la ville de Mostar que nous propose la bande dessinée Meilleurs voeux de Mostar : le parcours de Frano Petruša reflète ses propres expériences, ses propres centres d’intérêt, ses propres activités. A travers ses filtres de représentation et ses expériences, Frano Petruša, l’auteur, dessine des paysages mostaris empreints de subjectivité. Le paysage est, en effet, la dimension sensible de l’espace : ce n’est pas l’espace réel en lui-même, mais celui qui est perçu, interprété, approprié par celui qui l’observe. Frano Petruša donne à voir au lecteur ses propres filtres de représentation, tels qu’ils se superposent dans son propre cheminement dans la ville, entre le parcours que l’adulte effectue et les souvenirs de l’adolescence qu’il se remémorent.

Le système de « filtres de représentation »
Source : Jean-Pierre Paulet, 2002, Les représentations mentales en géographie, Anthropos, collection Géographie, Paris, p. 8.

 

 

Les collines mostaries : du territoire-refuge à l’espace de la nostalgie

La page de couverture est particulièrement explicite de cette dualité des regards et de cette géographie intime à la recherche des espaces de la nostalgie. En effet, celle-ci donne à voir Frano Petruša, l’adolescent, accompagné de ses deux amis, Goran et Amra, observant la ville de Mostar depuis l’une des collines alentour.Si ces collines sont souvent pratiquées par les touristes tels des points de vue qui offrent au regard le paysage spectaculaire de la ville de Mostar, les adolescents observent leur ville sans plus d’émerveillement. Elle est avant tout leur territoire du quotidien, mais aussi leur « terrain de jeu ». Et cette colline est bien davantage un territoire-refuge que les trois adolescents se sont appropriés, plus qu’un espace du tourisme.

Cette colline scellera en tout premier lieu l’amitié entre les deux garçons, Frano le Croate tout juste arrivé de Croatie et Goran le Serbe de Bosnie-Herzégovine qui a vécu toute son enfance à Mostar. A peine arrivé à Mostar (planche 1), Frano Petruša, l’adulte, se rend sur cette colline (planche 2). Cette planche est particulièrement intéressante, dans la mesure où elle expose clairement la confrontation des regards dans laquelle Frano Petruša entraîne son lecteur. On le découvre adulte, redécouvrant son ancien lycée technique, totalement dévasté pour reprendre ses propres termes. Si l’on peut supposer que cet espace scolaire a été touché par la guerre de Bosnie-Herzégovine et par les conséquences d’une reconstruction qui a dessiné une géographie de l’injustice spatiale (entre une reconstruction très médiatique et fortement financée des hauts-lieux tels que Stari Most, et un abandon d’un grand nombre de lieux « ordinaires » par leur absence de symbolique médiatique), Frano Petruša ne conclut pas sans savoir. le paysage de ruines qui s’impose au regard ne donne pas en lui-même l’explication de cet état de friches urbaines. Le lycée technique a pu être détruit pendant la guerre, tout comme il a pu être abandonné après celle-ci pour d’autres raisons (notamment dans le contexte de grave crise économique que traverse la Bosnie-Herzégovine). Le lecteur est confronté à sa propre subjectivité, c’est-à-dire à sa propre manière de percevoir l’espace non en tant que tel, mais comme un paysage (ici dessiné) sur lequel il « plaque » son interprétation, son appréciation et son appropriation, autant de filtres de représentations produits par les discours et l’imagerie qui ont entouré la guerre de Bosnie-Herzégovine et ont fait de Mostar un géosymbole de la destruction. Pourtant, des facteurs de cet état de délabrement, le lecteur n’en saura pas plus, même si, avec Frano Petruša (qui affirme que « la guerre aura au moins servi à quelque chose » en se remémorant les heures passées dans la salle de physique et de mécanique où « (il a) sué comme une bête pour apprendre ces matières…« ), il en déduit que la destruction et l’abandon sont liés à la guerre.

Frano à la recherche des espaces de la nostalgie
Source : Frano Petruša, 2012, Meilleurs voeux de Mostar, Dargaud, planche 2.

Deuxième aspect de cette planche, révélateur de ce qui de la géographie des âges telle qu’elle va rythmer la bande dessinée Meilleurs voeux de Mostar. Si Frano Petruša constate l’abandon de son ancien lycée technique, il se retrouve « bousculé » par des jeunes/adolescents qui sortent à peine de l’école (du moins est-ce ce que l’on peut déduire en voyant leurs cartables). Le parcours de l’adulte dans Mostar est celui de l’observateur, qui prend le temps d’observer les lieux, en quête de souvenirs. Il se « heurte » aux jeux des ces jeunes élèves, qui courent et se coursent dans la ville. Ces élèves ne s’arrêtent pas pour observer la friche urbaine, cette trace de la guerre dans le paysage, à l’image de l’adulte qui pratique la ville comme un touriste (certes, un touriste au parcours particulier puisqu’il s’agit pour lui de revenir dans la ville où il a vécu adolescent, à la recherche non du sensationnel, du dépaysement ou encore de l’exotisme, mais de ses propres souvenirs). La course de ces enfants/adolescents se confronte au pas plus posé des adultes que Frano Petruša croise dans la même rue, et à son rythme d’observateur. Cette confrontation rythme la bande dessinée, puisque le lecteur verra Frano alternativement dans le rôle de l’observateur qui prend le temps de se remémorer ses souvenirs dans la ville de son adolescence, et dans le rôle de l’adolescent courant lui-même dans les rues de Mostar.

Enfin, la planche se termine par un dessin de Frano Petruša, l’adulte, montant sur la colline où, le lecteur le découvrira (mais est déjà interpelé du fait de la couverture de la bande dessinée), il a passé de nombreuses heures à flâner avec ses amis Goran et Amra. La planche 3 le montre, adulte, en train de flâner sur cette même colline et se souvenir des raisons qui l’ont amené à s’installer dans la ville de Mostar à quelques mois du déclenchement de la guerre de Bosnie-Herzégovine. Mais l’adulte prend le temps d’observer la ville qui lui offre un paysage remarquable, à la fois par sa beauté et par l’affectif qu’il ressent. « Malgré les cicatrices de la guerre, Mostar est toujours une ville magnifique… » (Frano Petruša, 2012, Meilleurs vœux de Mostar, Dargaud, planche 3).

03_Meilleurs_Voeux_de_Mostar

Frano adulte observant la ville de Mostar depuis ses collines
Source : Frano Petruša, 2012, Meilleurs voeux de Mostar, Dargaud, planche 3.

Immédiatement, Frano Petruša se remémore son adolescence, et la manière dont il s’était approprié les collines mostaries. Ses souvenirs le projettent : ce n’est plus l’adulte, mais l’adolescent qui se retrouve sur cette colline, en train d’observer la colline, la planche 4 faisant directement écho à la fin de la planche 2.

Franomontant sur les hauteurs de MostarSource : Frano Petruša, 2012, Meilleurs voeux de Mostar,Dargaud, extrait de la planche 2.

Franomontant sur les hauteurs de Mostar
Source : Frano Petruša, 2012, Meilleurs voeux de Mostar,
Dargaud, extrait de la planche 2.

Frano sur les collines de Mostar : un espace de la nostalgie le plongeant dans ses souvenirsSource : Frano Petruša, 2012, Meilleurs voeux de Mostar,Dargaud, planche 4.

Frano sur les collines de Mostar : un espace de la nostalgie le plongeant dans ses souvenirs
Source : Frano Petruša, 2012, Meilleurs voeux de Mostar,
Dargaud, planche 4.

Les collines de Mostar sont ici de véritables espaces de la nostalgie, puisque c’est depuis ce point de vue paysager que Frano Petruša narre au lecteur ses souvenirs. Cette colline est, pour l’adolescent, un territoire-refuge, approprié dans un premier temps par Frano et son ami Goran (auxquels s’ajoutera rapidement Amra).C’est à la fois l’espace de l’oisiveté (les adolescents y étant pour toute occupation de flâner, de rêvasser ou de sniffer de la colle), et un territoire-sanctuaire face aux rivalités du duo Frano-Goran avec un autre groupe d’adolescents. C’est pourquoi, c’est pas seulement le panorama paysager qu’offrent les collines qui est donné à voir au lecteur par la représentation dessinée des collines mostaries, mais avant tout un parcours au coeur de paysages qui dessinent une géographie du souvenir.

Par les paysages, c’est-à-dire par la dimension sensible de l’espace totalement assumée par la bande dessinée qui expose, par le dessin, l’intime et la subjectivité, on aborde également la question de la mémoire. La bande dessinée de Frano Petruša illustre parfaitement combien notre relation au paysage est empreinte de filtres de représentations, c’est-à-dire d’ « une histoire qui est autant individuelle que collective. Les paysages correspondent alors à un instant précis dans la vie de l’homme et se gravent dans son esprit » (Anne Sgard, 2013, « Paysage et mémoire », Cafés géographiques, compte-rendu du café géographique du 4 octobre 2013, à paraître). Le paysage mostari tel qu’il est représenté, tout particulièrement depuis les collines, dans la bande dessinée Meilleurs voeux de Mostar, offre donc une géographie intime de cette ville hautement symbolique.

 

Les territoires de l’adolescence : pratiques spatiales et géographie des âges dans la ville de Mostar

Le parcours de Frano Petruša ne le restreint pas aux collines mostaries. Celles-ci sont le territoire-refuge de son amitié avec Goran et Amra (un sanctuaire qui sera « brisé » par le trio lui-même, au gré des disputes et amours adolescents « ordinaires » qui rythment leur quotidien, malgré la guerre qui se rapproche de jour en jour). La jeunesse du protagoniste produit des pratiques spatiales particulières : les espaces scolaires polarisent une très grande partie de ses déplacements dans la ville. La place des individus dans la société urbaine les conduit ainsi à pratiquer la ville de manière différenciée. C’est ainsi que peut se dessiner une « géographie des âges ». Alors que les adultes qui entourent Frano Petruša dans son espace domestique sont assez absents (on ne les voit quasiment que dans la maison où est accueilli Frano), les espaces de l’adolescence sont fortement représentés, rappelant que cette bande dessinée dessine une géographie intime de la mémoire. Ce n’est donc pas par les espaces de travail (on ne sait rien du poids de l’industrie ou des services dans la ville, par exemple) ou par les espaces des commerces (Frano Petruša ne représente pas de personnage, lui-même ou un proche, allant par exemple quotidiennement faire des courses pour la famille), c’est-à-dire par la « ville des adultes » que le lecteur pénètre ici à Mostar. En témoigne la forte présence des espaces scolaires, qui polarisent les pratiques spatiales, sans pour autant être dominants dans la bande dessinée : les souvenirs de Frano Petruša entraînent davantage le lecteur dans des espaces pour lesquels l’auteur a une profonde affection : les espaces liés au plaisir, à l’amitié, aux jeux dans la ville.

Passionné de sport et tout particulièrement de basketball (Frano Petruša jouera même un temps en professionnel : voir le billet « Les espaces publics à Mostar : le multiculturalisme, entre tolérance et rejet« ), Frano donne à voir la ville de son adolescence par les espaces sportifs : les multiples terrains (dans l’espace scolaire et dans l’espace public) sont ainsi montrées comme des centralités dans les pratiques quotidiennes des trois adolescents, Frano, Goran et Amra. La géographie des âges confronte les pratiques spatiales de ces trois adolescents à celles des adultes, qu’ils croisent et pour qui les terrains de sport ne semblent pas être des hauts-lieux urbains. Ici, la géographie de l’intime rejoint la géographie des âges : là où l’on entraperçoit les préoccupations des adultes face aux questions politiques (notamment par les conversations qui ennuient Frano devant le poste de télévisions, ou au détour d’un espace religieux que défend un habitant qui se sent menacé par les adolescents, « juste » en quête de bêtises et d’interdits dans la ville, bien loin de toute préoccupation politique), les espaces de l’enfance et de l’adolescence sont marqués, dans la même ville et au même instant, par l’insouciance.

Les espaces du sport à Mostar et la géographie intime de Frano
Source : Frano Petruša, 2012, Meilleurs voeux de Mostar, planche 4.

« Face à eux (Frano, Goran et Amra), la guerre s’avoue vaincue. Reléguée à un second rôle, elle n’est que le contexte de passions plus grandes qu’elles. C’est le petit miracle qu’accomplit Meilleurs voeux de Mostar : suspendre le temps et nous ramener à cet âge trop bref où les désirs étaient si grands qu’ils permettaient de survoler l’absurde monde des adultes comme un basketteur en apesanteur planant vers le panier » (François Mauger, 2012, « BD : Mostar et la Bosnie vues par Frano Petrusa« , Mondomix, 24 septembre 2012). Parce que l’espace ne se pratique pas, ne se perçoit pas et ne s’approprie pas de la même manière en fonction des âges, Meilleurs voeux de Mostar propose ainsi au lecteur une géographie intime de l’adolescence dans une ville perçue par les adolescents comme « ordinaire », bien loin de la représentation et du vécu qu’en ont les adultes, conscients de la très forte symbolique de ce géosymbole.

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 22/07/2014

    […] Série “Meilleurs voeux de Mostar” (4) : La ville des adolescents : loin de la guerre, Mostar au…. Dans la bande dessinée Meilleurs vœux de Mostar, Frano Petruša dessine son retour dans la ville de son adolescence : Mostar, en Bosnie-Herzégovine. […]

  2. 22/07/2014

    […] Série “Meilleurs voeux de Mostar” (4) : La ville des adolescents : loin de la guerre, Mostar au…. Dans la bande dessinée Meilleurs vœux de Mostar, Frano Petruša dessine son retour dans la ville de son adolescence : Mostar, en Bosnie-Herzégovine. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *