Compte-rendu de l’exposition Astérix à la Bibliothèque Nationale de France

Exposition Astérix à la BnF !
Compte-rendu rédigé par Tristan Martine

 

Asterix_expo_BnFLa Bibliothèque Nationale de France consacre jusqu’au 26 janvier 2014 une grande exposition à la série Astérix, présentant notamment un grand nombre de planches originales, suite au legs fait par Albert Uderzo de l’intégralité des planches des deux premières aventures d’Astérix (Astérix le Gaulois et La Serpe d’or) ainsi que de la dernière aventure scénarisée par Goscinny (Astérix chez les Belges).  Mais l’exposition présente bien d’autres documents, comme des couvertures, des crayonnés, des croquis prêtés par Albert Uderzo ou des scénarios manuscrits ou dactylographiés prêtés par Anne Goscinny, fille du grand René.

L’exposition s’ouvre par quelques rapides panneaux problématiques, montrant par exemple Astérix comme reflet de la France contemporaine ; on voit ainsi dans le village des irréductibles Gaulois un « contre-modèle libertaire des sociétés du XXe siècle ». D’autres éclairages thématiques soulèvent quant à eux le paradoxe du succès d’Astérix à l’étranger : 350 millions d’albums vendus dans 111 langues, pour une série avant tout marquée par des références culturelles et historiques françaises.

La première partie est consacrée met en regard le parcours des deux pères de la série avant la fondation de Pilote… et donc d’Astérix. Sont ainsi présentées quelques planches des Aventures de Clopinard, ancien grognard de Napoléon devenu borgne et unijambiste à Austerlitz, l’une des premières séries d’Uderzo en 1946, ou de l’unique Belle histoire de l’Oncle Paul dessinée par Uderzo, consacrée en l’occurrence au maréchal Ney, avec un style réaliste encore assez raide. On suit également le parcours du petit René Goscinny et on peut admirer ses premières planches en tant que dessinateur (dont le Capitaine Bibobu en 1956), assez peu convaincantes, il faut le reconnaître ! De manière amusante, deux dessins sont présentés, tous les deux représentant Blanche-Neige et les Sept Nains de Disney, tous les deux dessinées en 1941 ; si celui de R. Goscinny est statique et présente quelques erreurs de perspective, celui du jeune Albert témoigne déjà d’une belle expressivité. Les premiers travaux de Goscinny comme simple scénariste sont également présentés : on a ainsi la chance d’admirer une magnifique planche originale de Modeste et Pompon, dessinée par Franquin.

Source : Le Monde, 23 octobre 2013.

Source : Le Monde, 23 octobre 2013.

La rencontre entre les deux auteurs en 1951 est bien mise en scène et c’est avec étonnement que l’on se rend compte du fourmillement de leurs projets, réalisés ou avortés, avant la naissance d’Astérix. Si Oumpah-Pah est bien connu du grand public – tout comme Jehan Pistolet dans une moindre mesure –,d’autres séries sont en revanche moins célèbres, comme par exemple Poussin et Poussif, en 1957, ou encore Luc Junior, commandé en 1954 par La Libre Junior qui narre sur 157 planches les aventures d’un jeune reporter accompagné de son chien et d’un vieux photographe et s’inspirant clairement de Tintin.

Un document encore plus rare, puisque complètement inédit, est ensuite présenté : la première planche du Roman de Renart, que Goscinny et Uderzo voulaient développer dans Pilote, avant de se rendre compte que l’idée avait déjà inspiré Jean Trubert. À l’été 1959, les deux auteurs abandonnèrent donc ce projet et hésitèrent entre développer une histoire se passant à l’époque préhistorique et une histoire gauloise. Une planche de croquis de personnages par Uderzo traduit ces tâtonnements, en présentant notamment des dinosaures et des hommes préhistoriques extrêmement expressifs ! Il est amusant de voir que cette série culte qu’est Astérix faillit ne jamais voir le jour et relève davantage d’une solution de secours que d’une œuvre à la genèse longue et réfléchie…

Source : 20 minutes, 16 octobre 2013.

Source : 20 minutes, 16 octobre 2013.

Quelques panneaux consacrés au développement du mythe gaulois dans la culture française des XIXe et XXe siècles font la transition entre la présentation des pères d’Astérix et celui de sa genèse. Un tableau monumental de L. Royer, Vercingétorix jette ses armes aux pieds de César, datant de 1899, mis en regard avec des planches de BD et des chansons ou encore des sculptures, permet d’appréhender quelques attributs-types de « nos ancêtres » transmis tant par l’historiographie que par la culture populaire. Est ainsi analysée de manière claire et pédagogique la vision républicaine des Gaulois issue de la Révolution française, sur fond de patriotisme et l’émergence de nombreux topoï caractérisant ce « peuple », telles la témérité et l’indiscipline.

La troisième partie de l’exposition revient en détail sur la naissance d’Astérix. Les premières esquisses du personnage sont présentées et montrent son évolution, du Gaulois stéréotypé à l’antihéros : d’abord bien bâti, puis petit bonhomme jovial, enfin petit teigneux. Astérix ayant troqué la carrure virile contre le casque ailé, Uderzo exige de son scénariste qu’il soit accompagné d’un grand costaud, comme il aime les dessiner : Obélix est né. La première planche d’Astérix le Gaulois, au dessin encore assez anguleux, montre un style grotesque déjà extrêmement expressif. Les premières notes manuscrites de Goscinny listent quant à elles un bon nombre de noms, dont certains ne furent pas réutilisés (Souletropix, Numa Gugus par exemple). Le scénariste résume l’histoire à venir en huit petites lignes :

  • Présentation
  • Les romains furieux se demandent le secret
  • Envoient un espion
  • Mission sans résultat
  • Capture du druide
  • Appels étranges
  • Astérix délivre le druide avec Obélix
  • Romains pensent à la contre-attaque

Le synopsis est composé de 14 feuillets résumant l’histoire de manière plus détaillée : un paragraphe pour chaque planche, fondant les dialogues dans la narration et présentant les principaux gags. À cette étape du travail de Goscinny, aucune allusion n’est faite à la reddition de Vercingétorix. Le scénario définitif est quant à lui beaucoup plus détaillé. Sur une colonne de gauche se trouve une description fouillée de chaque image, sur une colonne de droite se trouvent les dialogues. La scène de la reddition apparaît désormais, et on peut noter une multiplication des allusions à l’Occupation. A la case 8 de la première planche, Goscinny indique ainsi qu’Astérix porte « sa hache sur l’épaule », ce qui n’apparaît pas dans le version dessinée de la planche.

La quatrième partie de l’exposition, de loin la plus importante, présente une succession de thèmes. On y voit, par exemple, une analyse des principaux personnages un à un. Obélix, d’abord effacé, prend progressivement de l’importance, faisant de son duo avec Astérix le véritable personnage principal (certes bipartite) de la série.  D’abord distingué par son physique, le livreur de menhirs acquiert rapidement un (mauvais) caractère propre :  déjà dans la Serpe d’Or, il agit en grand enfant boudeur. Les tâtonnements des auteurs sont également analysés, qu’il s’agisse des maladresses de perspective dans les premières planches, ou de la recherche d’expressions récurrentes : la réplique « Ils sont fous ces Romains » n’est ainsi apparue que tardivement, Goscinny tentant dans un premier temps d’autres expressions comme « Les Romains n’ont pas les yeux en face des trous » dans Astérix le Gaulois.

De nombreux autres thèmes scandent l’exposition, dont les sangliers, le bien-être et le bien-manger, le banquet (figure imposée de la série : dès la Serpe d’or, le barde est bâillonné, tenu à l’écart ; la scène prend le format d’une demi-planche avec Astérix chez les Goths), la bagarre, les femmes (qui jouent un très faible rôle en raison notamment de la loi de 1949, mais dont la présence est croissante dans la série, et qui sont parfois tournées en ridicule par les auteurs, comme dans la scène du lait de chèvre entre dames dans La Zizanie, véritable portrait à charge de la gent féminine). Certaines analyses sont rapides, par nécessité, mais ouvrent d’intéressantes pistes de réflexion. A l’inverse, d’autres thèmes, moins spécifiques, paraissent d’un intérêt plus limité (on pense par exemple à l’amitié ou au rire). Bien sûr, il était nécessaire de définir des catégories pour classer les planches et rendre l’exposition plus légère, lisible et attrayante, mais cette « thématisation » peut parfois être jugée excessive

Quelques pièces de musée (un marteau de forgeron ou un aureus d’Octave avec la tête laurée de César, livrés au public sans note explicative) illustrent le propos mais n’apportent pas grand-chose à l’exposition, puisque la question de leur représentation n’est pas analysée. La volonté de reconstitution historique au sein de l’œuvre, fondée sur une solide documentation, est certes abordée, mais on aurait pu attendre qu’une place plus importante lui soit accordée.

Le tapuscrit de Goscinny est souvent mis en regard des planches d’Uderzo, ce qui permet de noter les écarts entre les formules littéraires du scénariste et la réalisation graphique du dessinateur. Les scripts de Goscinny s’avèrent par ailleurs très cinématographiques et il n’est pas rare de le voir signaler à son dessinateur des plans américains, plans rapprochés, contre-plongée, etc. Les tapuscrits sont aussi un lieu de dialogue direct entre le scénariste et son dessinateur, comme sur ces cases 4-5-6 de la planche 40 d’Astérix légionnaire, où Goscinny, désolé du travail qu’il demande à son ami, écrit : « Eh oui, je regrette, Bébert, mais deux armées romaines marchent l’une contre l’autre, venant de droite et de gauche, dans le plus grand désordre, avec des commandements qui viennent d’un peu partout ».

De manière plus générale, les notes de Goscinny permettent de se rendre compte des différentes étapes de son travail et de constater les idées retenues et celles abandonnées. Ainsi, pour Le Tour de Gaule d’Astérix, le premier découpage comporte 17 escales, le second 14. Les cartes dessinées par Goscinny indiquent à chaque fois le nom de la ville en latin, en français et la spécialité associée à la ville. Dans la version finale, Périgueux et son foie gras ainsi que Tours et ses rillettes ne seront ainsi pas conservées.

Enfin, une dernière partie de l’exposition est consacrée au « phénomène Astérix », c’est-à-dire autant aux questions de traductions qu’aux différents problèmes éditoriaux, aux adaptations sonores qu’aux produits publicitaires dérivés de la série, aux transpositions cinématographiques qu’au traitement médiatique de l’univers.

On trouve également, pour conclure l’exposition, une rapide analyse de la narration, des ressorts comiques du scénario et du sens du mouvement au sein du dessin. Une scénographie ludique permet au visiteur de trouver différents anachronismes dans les planches d’Astérix tout en s’amusant ou d’écouter toutes les chansons originales que reprennent les personnages sur le mode parodique dans les albums. C’est d’ailleurs l’un des points forts de cette exposition que d’utiliser de manière intelligente les différents médias, avec des bruitages, des chansons, des interviews audios et vidéos, des scans et des montages clairs et utiles.

C’est avec une succession de dessins originaux en forme d’hommage à Astérix, réalisés entre autres par Gotlib, Peyo, Bilal, Franquin, Loisel ou Zep que se clôt la visite. Ces grands maîtres du neuvième art y montrent bien toute l’admiration qu’ils ont pour cette œuvre culte, dont la richesse et la force sont très bien mises en valeur par cette exposition.

Source : Europe 1, 24 octobre 2013.

Source : Europe 1, 24 octobre 2013.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *