Série « Meilleurs voeux de Mostar » (3) : Les espaces publics à Mostar : le multiculturalisme, entre tolérance et rejet

Dans Meilleurs vœux de Mostar, Frano Petruša propose un récit dessiné autobiographique, dans lequel il revient sur son retour dans la ville de son adolescence, Mostar (voir le billet introductif « Introduction : Mostar et les espaces de la nostalgie »). Le précédent billet de la série Meilleurs vœux de Mostar proposait quelques regards sur le haut-lieu le plus emblématique : Stari Most, le « Vieux pont » de Mostar, qui a donné son nom à la ville. Mais le récit de Frano Petruša propose une exploration bien plus complète de la ville, et permet au lecteur d’explorer Mostar comme un territoire du quotidien, et non pas comme un territoire touristique. En suivant les pas de Frano et de ses amis, Amra et Goran, le lecteur découvre notamment les espaces publics comme des espaces-scènes de quotidiennetés dans l’immédiat avant-guerre (la bande dessinée se termine par le départ de Frano au moment de la destruction de Stari Most, soit le 9 novembre 1993), qui sont marqués par le multiculturalisme comme construit social et spatial.

 

 

Mostar : un espace de vie, loin des hauts-lieux touristiques

Le récit dessiné de Frano Petruša propose un témoignage, celui de l’adulte, de retour après 20 ans, dans la ville de son adolescence. Les espaces mostaris sont présentés au lecteur par un double filtre : d’une part le regard de l’adolescent sur une ville qui se dessine bien plus comme un grand terrain de jeu d’adolescents que comme un espace-enjeu du conflit à venir, et d’autre part le regard de l’adulte qui se souvient, par une subjectivité empreinte de nostalgie, de sa manière de vivre cet espace urbain qui était son territoire du quotidien. Les lieux les plus emblématiques tels que le pont de Mostar ponctuent le récit : leur découverte symbolise l’arrivée de Frano Petruša dans la ville, leur confrontation symbolise des moments intenses de défi pour le jeune Frano, tandis que leur destruction symbolise son départ. Mais l’ensemble de la bande dessinée propose davantage un regard sur ces lieux « ordinaires » que s’approprient les habitants dans leurs quotidiennetés, sur les espaces de vie « ordinaires ». L’espace public qui est représenté propose une photographie de l’habiter mostari. Plus que par le regard des touristes qui vont s’arrêter sur les hauts-lieux, l’espace public est représenté par le regard de ses habitants.

Le regard de Frano confronte les espaces domestiques et les espaces publics : dans la maison de sa famille, Frano Petruša met en scène une immobilité : les adultes regardent la télévision, certainement préoccupés par les informations qui pré-annoncent la guerre qui vient.

« Une fois arrivé dans ma famille, plus question de m’offrir de l’argent, on ne faisait rien d’autre que regarder les infos à la télé.
Des citoyens armés de nationalité serbe barrent les routes au Nord de la Dalmatie et en Lika. La « révolution des troncs d’arbre » commence. Les autorités proclament l’état de guerre…
– Tu vois, fiston, des temps difficiles nous attendent. Maintenant que tu vas aller à l’école ici, fais bien gaffe à qui tu fréquentes… »

Source : Frano Petruša, 2012, Meilleurs vœux
de Mostar
, Dargaud, planche 9.

Pour les adultes, les préoccupations politiques marquent l’espace domestique. Mais Franco, lui, ne se sent pas concerné par ces conflits qui émergent autant dans l’espace public que dans l’espace domestique :

« Heureusement, après ces discours pénibles et des journaux télé encore plus gonflants, on avait enfin ce qu’on voulait, nous les enfants : un bon film. »

Source : Frano Petruša, 2012, Meilleurs vœux
de Mostar
Dargaud, planche 9.

Les souvenirs de Frano, de retour à Mostar, sont davantage marqués par ses balades et ses courses dans la ville que par l’espace domestique. C’est par les espaces de la nostalgie que le lecteur découvre Mostar : il suit le parcours de Frano, adulte, de retour dans sa ville, et principalement confronté aux espaces publics. Comme lorsqu’il était adolescent, Frano Petruša observe la ville à la fois depuis les rues et depuis les hauteurs des collines.

Frano, adulte, observant la ville de Mostar depuis ses collinesSource : Frano Petruša, 2012, Meilleurs voeux de Mostar,Dargaud, extrait de la planche 5.

Frano, adulte, observant la ville de Mostar depuis ses collines
Source : Frano Petruša, 2012, Meilleurs voeux de Mostar,
Dargaud, extrait de la planche 5.

 

Cette confrontation entre espaces domestiques et espaces publics passe d’abord par une confrontation entre espaces de la jeunesse (enfance/adolescence) et espaces des adultes (voir le prochain billet de la série Meilleurs vœux de Mostar). L’espace public est donc montré par deux types de pratiques spatiales : celles des enfants/adolescents qui traversent les rues mostaries en courant, et celles des adultes (telles que vues par les enfants/adolescents, ou tout du moins par Frano Petruša) qui vivent la ville à un autre rythme. Mais, dans les deux cas, ce sont les pratiques spatiales d’habitants « ordinaires » qui sont montrées : la vie dans Mostar n’est pas encore marquée par la guerre à venir, bien que les adultes parlent, à l’image de l’oncle de Frano, de ces « temps difficiles qui [les] attendent » (planche 9).

 

 

Mostar sous le regard de Frano Petruša : ville multiculturelle ou cosmopolite ?

« Deux facteurs avaient contribué à faire de Mostar le symbole de la Bosnie-Herzégovine multiethnique : d’une part l’hétérogénéité de sa population (un tiers de Bochniaques, un tiers de Croates et un cinquième de Serbes sur 126 000 habitants [au recensement de 1991] et d’autre part le nombre élevé de mariages mixtes (entre Bosniaques et Herzégoviniens de différente nationalité).«  (Stéphanie ROLLAND, 2004, « Autochtones étrangers : les déplacés à Mostar après la guerre de Bosnie-Herzégovine« , Balkanologie, vol. 8, n°1/2004).

Frano, le Croate, est ami avec Goran le Serbe et Amra la Bosniaque. Ces rencontres se sont faites dans l’espace de l’école (la salle de classe pour Goran, et le terrain de basketball pour Amra). L’école dans la ville de Mostar est montrée comme un espace de rencontres, parfois quelque peu forcées.

« Dès que je me suis mis à parler, tout le monde a rigolé à cause de mon accent, mais la prof m’a dit de ne pas y faire gaffe…
Et, comme j’étais plutôt grand, d’aller m’installer au dernier rang…
… avec Goran.
Notre première rencontre n’a pas été spécialement amicale…
GORAN : « Madame, cui-là, il doit vraiment se mettre à côté de moi ? Il peut pas s’asseoir ailleurs ? Moi, je préfère rester seul. »
L’ENSEIGNANTE : « Non seulement il va s’installer là, mais en plus tu vas être chargé de lui montrer la ville et ses monuments, et tu écriras une rédaction intitulée « mon nouvel ami ». »

Source : Frano Petruša, 2012, Meilleurs vœux
de Mostar
, Dargaud, planche 10.

Dans leur programme scolaire, les deux garçons ont choisi le basketball. Ce sport était, au moment de la Yougoslavie titiste, l’un des fleurons du sport « national », de l’identité yougoslave, dépassant les différenciations intercommunautaires. Le sport est également au coeur d’une autre bande dessinée biographique de Frano Petruša, qui raconte l’histoire de son entraîneur (Frano Petruša a été joueur de basket professionnel) : Guerre et Match (bande dessinée qui précède Meilleurs voeux de Mostar). La prégnance du sport dans les bandes dessinées de Frano Petruša évoquant les guerres de décomposition de la Yougoslavie ne relève pas seulement de souvenirs personnels, mais témoigne également de la place du sport dans la Yougoslavie titiste. « Dès les années 1960, les résultats yougoslaves en basketball, football, handball, volley-ball et water-polo n’ont cessé de progresser pour s’installer parmi les favoris ou outsiders à chaque grande compétition. (…) Peu de régions du monde peuvent se vanter d’une telle excellence sportive rapportée à la population totale » (présentation de l’ouvrage « Les Balkans et le sport : talents, exploits et corruption », Les cahiers du Courrier des Balkans, n°9, 2010).

Le sport était un lien entre les différents peuples appartenant à la Yougoslavie. Quelques années auparavant, la ville de Sarajevo (capitale de la Bosnie-Herzégovine, au Nord de Mostar), accueillait en grandes pompes les Jeux olympiques d’hiver de 1984, événement voulu par Tito (décédé quatre ans avant leur tenue) pour notamment promouvoir la réussite du « yougoslavisme » comme système politique et idéologique. Alors qu’il est devenu aujourd’hui un outil des politiques nationalistes reposant sur un sentiment d’appartenance excluante et de différenciation, le sport était un lien entre les peuples de la Yougoslavie, à l’image de l’amitié entre Frano le Croate, Goran le Serbe et Amra la Bosniaque, qui va naître et se renforcer sur un terrain de basket.

Dans Meilleurs voeux de Mostar, les territoires du sport rythment les espaces pratiqués par les trois adolescents : de cette passion commune pour le basketball, va naître une profonde amitié, dépassant les clivages intercommunautaires dont les adolescents ne se préoccupent guère. Pourtant, tous trois, dans leurs parcours dans la ville, croisent régulièrement les conséquences de ces différenciations. Lorsque Goran et Frano se réfugient dans la cour d’un espace religieux (pour se protéger de leurs assaillants, d’autres jeunes avec qui ils se bagarrent), ils sont perçus par l’adulte qu’ils croisent comme deux adolescents venant provoquer la tranquillité du lieu. Ces moments anecdotiques deviennent de plus en plus nombreux à mesure que le lecteur prolonge sa lecture, c’est-à-dire à mesure qu’il approche, chronologiquement, du moment où la guerre éclate dans Mostar. 

Frano Petruša est un Croate de Croatie : arrivé à Mostar, il découvre peu à peu la mixité intercommunautaire qui marque les territoires du quotidiens mostaris : la colline ouest, territoire croate ; la cuvette, territoire bosniaque ; la colline est, territoire serbe.

« FRANO : C’est quoi, cette espèce de château ?
GORAN : C’est pas un château, c’est une église !
FRANO : Ah, c’est vrai ? Je n’ai jamais été là-bas…
GORAN : C’est normal, c’est pas ton église ! La tienne est là-bas, de l’autre côté…
FRANO : C’est pas mon église ?
GORAN : Ecoute, c’est simple. Moi, je viens de cette colline-ci, et toi de celle-là…
Et au milieu… Au milieu, c’est Amra
! »

Source ; Frano Petruša, 2012, Meilleurs vœux
de Mostar
, Dargaud, planche 35.

 

Si le peuplement est marqué par la proximité et la mixité, l’exogamie ayant été interdite pendant plus de six siècles, les mariages mixtes restent peu nombreux, et la ville de Mostar reste marquée par une territorialisation des identités ethniques. Les mots de Goran (tels que s’en souvient Frano Petruša) traduisent bien cette idée de « quartiers-territoires » : chaque peuple constitutif de la Bosnie-Herzégovine (trois communautés sont reconnues comme constitutives de cette République dans la Yougoslavie titiste : les Bosniaques, les Croates et les Serbes – auxquels s’ajoutent des « petites minorités ») « vient » d’une des parties de la ville. L’identité fait territoire, et le territoire fait l’identité.

Mostar n’est pas représentée comme une ville « cosmopolite » (que l’on entend comme une ville presque utopique, dans laquelle toute différenciation identitaire disparaîtrait au profit d’une identité collective) mais comme une ville « multiculturelle » (que l’on entend comme une ville où se côtoient une identité collective partagée par tous dans les espaces publics fondée sur une appartenance territoriale commune, et des identités communautaires qui restent présentes dans les espaces domestiques et dans des espaces partagés par l’endogroupe tels que les espaces religieux). Dans la ville multiculturelle qu’est Mostar à la veille de la guerre de Bosnie-Herzégovine, ces deux types d’identités se côtoient : les habitants sont des Mostaris (partageant une identité territoriale commune), mais appartiennent tout de même à des peuples différents. La différence entre nationalité (identité fondée sur l’appartenance au peuple : Frano est Croate, Goran est Serbe, Amra est Bosniaque) et la citoyenneté (identité reposant sur l’appartenance territoriale : Frano est « de Croatie » avant de venir s’installer à Mostar ; Goran et Amra sont « de Bosnie-Herzégovine ») dans la Yougoslavie titiste (y compris sur les papiers d’identité par exemple) témoigne de ce multiculturalisme, que l’on ne pourrait qualifier de cosmopolitisme.

Ces identités communautaires participent de la production de l’espace urbain : la ville est marquée par ces appartenances identitaires, ce que Frano (et, avec lui, le lecteur) découvre progressivement. Pourtant, on ne peut pas dire que Mostar dans l’immédiat avant-guerre soit une ville « divisée » (que l’on entend comme une ville partagée entre plusieurs communautés, dans laquelle les frontières vécues sont structurantes et où le peuplement est caractérisé par des fortes homogénéisations à l’échelle des quartiers). En effet, la territorialisation des identités n’est pas marquée par des pratiques spatiales différenciées : les rues sont des espaces publics pour tous les publics (on fait ici référence à un article de la géographe Aurélie Delage qui questionne, dans le cas beyrouthin, la rue comme espace d’un public en confrontant les pratiques spatiales des habitants selon leur appartenance communautaire : Aurélie DELAGE, 2004, « La rue : espace public, quel(s) public(s) ? », Tracés, n°5, pp. 61-74). Et c’est bien cet espace public que nous donne à voir le regard de Frano qui découvre, avec le lecteur, la ville de Mostar.

L’espace public peut être défini selon trois dimensions : le dimension juridique (l’espace de la propriété publique), la dimension politique (l’espace de déploiement du débat de politique publique) et la dimension sociale (l’espace de rencontres et d’interactions) (Emmanuelle BONERANDI et Myriam HOUSSAY-HOLZSCHUCH, 2006, « Vivre ensemble : le public au croisement espace/politique/société », dans Raymonde SÉCHET et Vincent VESCHAMBRE (dir.), 2006, Penser et faire la géographie sociale. Contribution à une épistémologie de la géographie sociale, Presses universitaires de Rennes, collection Géographie sociale, Rennes, pp. 73-88). Ce que donne à voir Meilleurs vœux de Mostar relève de la dimension sociale : l’espace public, et tout particulièrement la rue, sont représentés comme des espaces de rencontres – parfois malheureuses, notamment avec les « gars du pont » devenus les « très bons ennemis » de Frano et de Goran (planche 34) –, et des espaces de proximités. Ce sont des espaces de très forte urbanité, marquée par la coprésence des populations qui composent la ville de Mostar, et plus généralement la Bosnie-Herzégovine.

Au final, le regard de Frano Petruša propose une géographie intime de la ville de Mostar à plusieurs niveaux :

  • Le regard de l’adolescent (ce qui sera l’objet du prochain billet de la série Meilleurs vœux de Mostar) vs le regard de l’adulte : les regards de Frano l’adolescent et de Frano Petruša l’adulte s’alternent, donnant à voir au lecteur toute la subjectivité que propose cette bande dessinée, qui dessine une géographie de la nostalgie,
  • Le regard des habitants « ordinaires » : contrairement à d’autres bandes dessinées sur l’espace yougoslave/post-yougoslave telles que Noël avec Karadzic de Joe Sacco, Meilleurs voeux de Mostar ne proposent pas de partir à la rencontre des hommes politiques, mais à celle des habitants « ordinaires ».

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 17/03/2014

    […] A ce propos, voir : Bénédicte Tratnjek, 2014, « Série Meilleurs vœux de Mostar (3) : Les espaces publics à Mostar : le multiculturalisme, entre… », carnet de recherche Sciences Dessinées, 2 avril […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *