Série “Meilleurs voeux de Mostar” (2) : Le pont de Mostar dans la BD : haut-lieu médiatique ou centralité ordinaire ?

21 novembre 2013
Par

Dans Meilleurs voeux de Mostar, Frano Petruša raconte son retour à Mostar, ville de son adolescence, 20 ans après l’avoir quitté : au fil de sa redécouverte de la ville et de son errance, il se souvient de cette adolescence dans le contexte de l’immédiat avant-guerre, davantage rythmée par les amitiés et le basketball que par les événements politiques qui sont en train de jouer la décomposition de la Yougoslavie. C’est par le prisme de son espace vécu que le lecteur découvre Mostar comme un “terrain de jeu” pour des adolescents insouciants qui se sont appropriés la ville par leurs jeux, leurs disputes et leur besoin de liberté (voir le billet introductif : “Mostar et les espaces de la nostalgie“).

Le pont de Mostar Source : Frano Petruša, 2012, Meilleurs voeux de Mostar, Dargaud, extrait de la planche 9.

Le pont de Mostar
Source : Frano Petruša, 2012, Meilleurs voeux de Mostar, Dargaud, extrait de la planche 9.

Dans la représentation médiatique et touristique de la ville de Mostar (“la ville du pont”), ce qui fait Mostar est bien Stari Most (le “Vieux pont”). Ce pont, construit en 1566 pour faire le lien entre les deux rives de la Neretva, détruit le 9 novembre 1993 avec acharnement lors de la guerre de Bosnie-Herzégovine, reconstruit en 2004 “à l’identique”, classé sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco, est une véritable centralité dans notre imaginaire, dès lors que l’on évoque Mostar.

Pourtant, ce pont est-il une centralité urbaine polarisant les pratiques spatiales des habitants “ordinaires” ? En suivant l’errance de Frano Petruša , le lecteur découvre une ville de Mostar qui n’est pas un espace touristique, mais un territoire du quotidien. La représentation de Stari Most dans Meilleurs voeux de Mostar est un témoignage sur cette ville comme espace de vie, loin du prisme touristique ou du prisme médiatique.

 

Le pont de Mostar dans la bande dessinée :
un haut-lieu de/dans la BD ?

Les territoires post-yougoslaves, et tout particulièrement la Bosnie-Herzégovine, ont donné lieu à de très nombreuses bandes dessinées : Goražde, The fixer. Une histoire de SarajevoNoël avec KaradzicŠoba (Joe Sacco), Le sommeil du monstre (Enki Bilal), Le tramway de Sarajevo (Jacques Ferrandez), La dernière image. Une traversée du Kosovo de l’après-guerre (Gani Jakupi), Fax de Sarajevo (Joe Kubert), Sarajevo-Tango (Hermann) , Brouillard au pont de Bihac (Jean-Hugues Oppel), Guerre et Match (Frano Petruša), Le choix d’Ivana (Tito), Ouya Pavlé. Les années yougo (Marcel Couchaux), Sarajevo : Histoires Transversales (Agic, Alic, Begic et Rokvic), Clichés de Bosnie (Bosanska slika) (Aurélien Ducoudray et François Ravard), Des rivières sous les ponts (Zoran Penevski), Fables de Bosnie (Tomaž Lavrič TBC), Fleur de pierre (Hisashi Sakaguchi), Les racines du chaos (Segui et Cava), Vestiges du monde (Aleksandar Zograf), Passage en douce. Carnet d’errance (Helena Klakocar)… (à ce propos, voir notamment E. AUGRIS, 2013, “L’espace yougoslave en BD“, Samarra, 5 janvier 2013).

Le pont de Mostar Source : Jacques Ferrandez, Le tramway de Sarajevo, Casterman.

Le pont de Mostar
Source : Jacques Ferrandez, 2005, Le tramway de Sarajevo.
Voyage en Bosnie-Herzégovine
, Casterman.

Dans cette riche littérature, la ville la plus représentée est celle de Sarajevo, la capitale de la Bosnie-Herzégovine. Les rivières et leurs ponts sont, elles aussi, au coeur des espaces représentés dans les bandes dessinées scénarisant les espaces yougoslaves ou post-yougoslaves. Plus que des espaces-décors, la ville, la rivière et le pont sont des schèmes narratifs dans ces bandes dessinées. Si Mostar est moins souvent un espace-scène de l’action, le pont de Mostar est souvent évoqué comme un haut-lieu du “yougoslavisme”, c’est-à-dire de l’idéologie territoriale et identitaire promue sous le régime de Tito pendant la seconde Yougoslavie.

Le pont de Mostar Source : Collectif, Šta Ima ? Ex-Yougoslavie, d'un Etat à l'autre, Editions Guernica Adpe, p. 116 (lire en intégralité en ligne).

Le pont de Mostar
Source : Collectif, 2005, Šta Ima ? Ex-Yougoslavie, d’un Etat à l’autre,
Editions Guernica Adpe, p. 116 (lire en intégralité en ligne).

Très souvent présent dans les bandes dessinées évoquant la Bosnie-Herzégovine, le pont de Mostar est donc représenté comme un géosymbole, c’est-à-dire “un lieu, un itinéraire, une étendue qui, pour des raisons religieuses, politiques ou culturelles prend aux yeux de certains peuples et groupes ethniques, une dimension symbolique qui les conforte dans leur identité” (Joël BONNEMAISON, 1981, “Voyage autour du territoire“, L’Espace géographique, vol. 10, n°4/1981, p. 256). Stari Most fait identité, ou tout du moins apparaît comme un haut-lieu de la ville, de la Bosnie-Herzégovine et même de toute l’ancienne Yougoslavie. La symbolique des lieux est un construit politique et social qui permet de mettre en avant l’une des dimensions de l’espace : l’espace culturel, comme “trame de territoires vivants, chargés de culture, de symboles et d’affectivité” (Joël BONNEMAISON, 1981, “Voyage autour du territoire“, L’Espace géographique, vol. 10, n°4/1981, p. 257). A ce titre, la bande dessinée peut être un médium qui permet d’appréhender, tel un témoignage, l’espace perçu et l’espace représenté que nous livre l’auteur dans son récit et dans son dessin.

 

 

Le pont dans Meilleurs voeux de Mostar :
plus qu’un haut-lieu, un territoire du quotidien 

Meilleurs voeux de Mostar s’inscrit dans la “bande dessinée de non-fiction”, c’est-à-dire dans une forme de récit s’appuyant sur une histoire vraie, ici celle de l’auteur lui-même. Au cours de son errance dans la ville et de son voyage dans ses souvenirs, Frano Petruša représente le pont de Mostar sous plusieurs prismes :

  • le regard de l’enfant en vacances : en 1987, Frano Petruša visite la ville de Mostar pour la première fois. La planche 5 nous montre Frano découvrant cette ville où vit une partie de sa famille. Les paysages qui sont donnés à voir au lecteur représentent les hauts-lieux de Mostar, c’est-à-dire les lieux qui ont marqué le parcours de cet enfant, sous le prisme de son regard de touriste. La proximité des espaces religieux et le pont de Mostar font sens dans l’imaginaire de l’enfant, et dans ce que l’adulte se souvient de ce premier séjour, très bref.
  • le regard de l’adolescent venu s’installer à Mostar : en 1990, Frano Petruša vient s’installer à Mostar après le décès de sa grand-mère. Le regard qu’il porte est différent : la ville n’est plus un espace de tourisme, un espace en partie fantasmé, mais devient un territoire du quotidien. Dès la planche 9 (c’est-à-dire quand il narre son arrivée et son premier jour de classe), le pont de Mostar revient sur le devant de la scène, et est présenté comme “le monument le plus connu de Mostar“. Frano narre la manière dont le pont lui est présenté par son ami Goran : “il a été construit en 1566 pour relier les rives est et ouest de la Neretva…” Passée cette “présentation” de Goran à Frano, le pont ne sera plus mis en avant comme un haut-lieu : c’est par les territoires du quotidien et le regard des habitants “ordinaires” que sera par la suite représenté le pont. Cette représentation par le prisme des pratiques spatiales d’adolescents mostaris contraste fortement avec la représentation bédéistique du pont de Mostar qui est, le plus souvent, appréhendé comme un haut-lieu qui échapperait presque aux mobilités ordinaires.
  • le regard de l’adulte de retour dans la ville de son adolescence : Frano Petruša revient dans la ville de Mostar 20 ans après son départ au début de la guerre. Il n’aura pas vu de ses yeux la destruction du pont de Mostar, mais d’autres destructions, celles des lieux “ordinaires”, de son territoire du quotidien. Le regard de l’adulte se pose sur celui de l’adolescent, et c’est en quête de ses souvenirs et de ses deux amis (Goran le Serbe et Amra la Bosniaque) que Frano (la Croate) parcourt la ville. Plus que le regard du touriste, polarisé par le pont de Mostar, Frano propose un regard intime avec la ville de son adolescence, et le pont n’est évoqué que par ses souvenirs.
Le souvenir du premier séjour de Frano à Mostar en 1987 Source : Frano Petruša, 2012, Meilleurs voeux de Mostar, Dargaud, planche 5.

Le souvenir du premier séjour de Frano à Mostar en 1987
Source : Frano Petruša, 2012, Meilleurs voeux de Mostar,
Dargaud, planche 5.

Si le regard du lecteur est attiré par le pont de Mostar, celui-ci n’est pas représenté comme une centralité dans les pratiques spatiales de Frano et de ses deux amis, Goran et Amra. Stari Most vient rythmer le récit : présenté dès le début du récit, il ponctue l’arrivée de Frano dans la ville, et la rencontre d’un autre adolescent qui deviendra son “ennemi”, son rival dans les bagarres qui se termineront par des courses folles dans la ville. Il ponctue également le départ de l’adolescent, au début de la guerre de Bosnie-Herzégovine. Le pont de Mostar symbolise et borne la présence de Frano dans la ville de Mostar.

 

 

Stari Most, entre ordinarité et identité :
Frano Petruša et les rencontres du pont

Le pont de Mostar est évoqué, dans Meilleurs voeux de Mostar, à la fois comme un lieu “ordinaire” (traversé par des adolescents qui en oublient totalement la très forte symbolique, pour y jouer les scènes de leur vie) et comme un haut-lieu de l’identité. La traversée du pont évoque, dans les souvenirs de Frano Petruša, des disputes territoriales entre groupes d’adolescents. Mais celles-ci n’appartiennent pas à la géographie des conflits qui va déchirer la ville lors de la guerre de Bosnie-Herzégovine : l’identité territoriale qui est mise en scène dans la bande dessinée est celle d’adolescents pour qui le territoire est un espace d’appropriation et d’appartenance non pas en fonction de leur identité culturelle (ethnique, linguistique, religieuse…), politique et/ou sociale, mais en fonction de leurs amitiés, qui dessinent une manière de s’approprier et de parcourir la ville de Mostar. Sur le pont de Mostar, Frano va rencontrer un autre groupe d’adolescents, une “bande rivale”, qui le menacera régulièrement (pour ceux qui ont lu/liront la bande dessinée, ils (re)trouveront là le plaisir du lecteur en découvrant les deux dernières planches de la bande dessinée, dans lesquelles l’idée de “retrouvailles avec la ville” prend tout son sens pour Frano Petruša).

Au fil de la bande dessinée, l’auteur narre plusieurs rencontres avec Stari Most. La toute première, celle de son enfance, pose le regard du touriste émerveillé par la ville de ses vacances. Les suivantes, celle de l’adolescent face à son nouvel espace de vie. La dernière, le départ de Frano Petruša qui ne reviendra que 20 ans plus tard à Mostar. En centrant le regard sur le pont dans les espaces de vie de l’adolescent (celui qui habite la ville), le lecteur découvre que Frano rencontre plusieurs fois le pont, chacune s’entremêlant aux autres :

  • Le pont, haut-lieu de l’héroïsme : C’est le pont des plongeurs, de ceux qui, après avoir attiré les touristes (et demandé quelques pièces), prennent le risque de plonger dans la rivière Neretva depuis Stari Most. Le défi et l’audace ne sont pas seulement récompensés par quelques pièces et une foule d’applaudissements : les plongeurs font rêver tous les jeunes mostaris (dont Frano lui-même, le pont et ce défi du plongeon revenant dans ses rêves). Les plongeurs sont considérés par ces enfants et adolescents comme les héros de leur ville. Stari Most est un haut-lieu identitaire au coeur de cette appropriation de l’espace par la jeunesse mostarie. Cette représentation du pont de Mostar est aussi celle qui lie les habitants et les touristes, c’est-à-dire les différents usagers de l’espace urbain, tout particulièrement par la ritualisation du saut.
Les plongeurs de Stari Most : entre tourisme et identité, le défi comme appropriation territorialeSource : Frano Petruša, 2012, Meilleurs voeux de Mostar, Dargaud, esquisse de la planche 13.

Les plongeurs de Stari Most : entre tourisme et identité, le défi comme appropriation territoriale
Source : Frano Petruša, 2012, Meilleurs voeux de Mostar, Dargaud, esquisse de la planche 13.
Esquisse présentée à Stripovi, festival de bande dessinée croate organisé à Paris en septembre 2012 (source : site Plan B(D)).

  • Le pont, lieu d’une dispute territoriale : plus que la division de la ville entre un quartier majoritairement croate de Bosnie-Herzégovine et un quartier majoritaire bosniaque de Bosnie-Herzégovine, Frano, par son regard d’adolescent, donne à voir au lecteur d’autres pratiques spatiales liées au pont : la géographie du conflit qui est dessinée au travers des planches de Meilleurs voeux de Mostar est celle de deux groupes d’adolescents, qui, par leur bagarre, se disputent le droit de pratiquer l’espace urbain, de s’en approprier certaines parties. Le pont est à la fois le lieu de la première bagarre, et un point de départ de nombreuses courses-poursuites. La traversée du pont va devenir un moment d’aventures “ordinaires” pour l’adolescent, qui va amener le lecteur à découvrir des espaces mostaris éloignés de ce pôle touristique (à voir dans les prochains billets de la série). Dans la géographie de l’adolescent, Stari Most est aussi un lieu de rencontres : juste avant son départ de la ville, il y rencontrera un “héros” mostari assez inattendu.
Le pont de Mostar, lieu d'une dispute territoriale entre adolescentsSource : Frano Petruša, 2012, Meilleurs voeux de Mostar, Dargaud, esquisse de la planche 16.Esquisse présentée à Stripovi, festival de bande dessinée croate organisé à Paris en septembre 2012 (source : site Plan B(D)).

Le pont de Mostar, lieu d’une dispute territoriale entre adolescents
Source : Frano Petruša, 2012, Meilleurs voeux de Mostar, Dargaud, esquisse de la planche 16.
Esquisse présentée à Stripovi, festival de bande dessinée croate organisé à Paris en septembre 2012 (source : site Plan B(D)).

  •  Le pont, un géosymbole dans la géographie des adultes : Frano Petruša, dans cette bande dessinée, nous livre le regard d’un adolescent sur sa ville, loin des problèmes politiques et sociaux qui menacent la Yougoslavie. Mais la géographie de l’adolescent se fait rattraper par la géographie des adultes. Là encore, le pont joue un rôle polarisant : le dernier regard de Frano se posera sur Stari Most en train d’être bombardé avec acharnement. La signification de la destruction d’un géosymbole de l’unité (les ponts reliant les rives et les hommes sont souvent présentés et pensés comme des géosymboles du lien et de la coprésence : voir Bénédicte Tratnjek, 2009, “Des ponts entre les hommes : les paradoxes de géosymboles dans les villes en guerre“, Cafés géographiques, rubrqiue Vox geographi) semble partiellement échapper à l’adolescent, les images s’entremêlant entre la dernière bagarre d’adolescents luttant pour leur territoire dans la ville, et les bombardements (qui font appel à l’imaginaire du lecteur, les images de la destruction du pont de Mostar étant parmi les plus médiatisées lors des guerres de décomposition de la Yougoslavie). En même temps qu’un urbicide visant à la destruction du vivre-ensemble dans la ville, le lecteur assiste à la destruction d’un habiter adolescent dans une ville qu’il ne retrouvera que 20 ans plus tard.
Meilleurs_Voeux_de_Mostar_Pont_Destruction

La destruction du pont de Mostar, dernier regard de Frano sur la ville de son adolescence
Source : Frano Petruša, 2012, Meilleurs voeux de Mostar, Dargaud, esquisse de la planche 13.
Esquisse présentée à Stripovi, festival de bande dessinée croate organisé à Paris en septembre 2012 (source : site Plan B(D)).

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Posté dans : Billets, Billets, Oeuvres décryptées

3 commentaires pour “ Série “Meilleurs voeux de Mostar” (2) : Le pont de Mostar dans la BD : haut-lieu médiatique ou centralité ordinaire ? ”

  1. […] Série “Meilleurs voeux de Mostar” (2) : Le pont de Mostar dans la BD : haut-lieu médiatique ou… […]

  2. […] hauts-lieux tel que l’emblématique “Vieux pont” de Mostar (voir le billet “Le pont de Mostar dans la BD : haut-lieu médiatique ou centralisé ordinaire ?“) et d’espaces “ordinaires” (voir le billet “Les espaces publics à […]

  3. Thomas Ragon le 21/11/2013 à 11:32

    Bonjour, merci pour cet article très intéressant. En tant qu’éditeur de “Meilleurs vœux de Mostar”, et également “Des rivières sous les ponts” de Penevski et Goran Josic aux éditions Delcourt, je me permettrais d’ajouter une précision : Ivo Andric, prix Nobel de littérature, a écrit un ouvrage très important et magnifique qui s’intitule “Le Pont sur la Drina” dans sa dernière édition en français. Un ouvrage qui relate l’histoire de Visegrad, au fil des siècles, où le pont articule la géographie de la ville, et est aussi très longtemps le centre de la vie sociale. A Mostar, pareil, historiquement le pont était le lieu de commerce et d’échange central, je crois que Frano l’évoque à un moment. Quant à Penevski et Josic, leur ouvrage, à travers son titre mais aussi son propos, est très directement en référence, en résonnance avec le livre d’Andric. Je ne saurais trop recommander la lecture du “Pont sur la Drina” à qui s’intéresse à l’ex-Yougoslavie et sa culture si riche.
    Amicalement,
    Th Ragon

Laisser un commentaire


Carnets de recherche