Série « Meilleurs voeux de Mostar » (1) : Introduction : Mostar et les espaces de la nostalgie

Meilleurs_voeux_de_Mostar_couvertureLe 9 novembre 1993, l’artillerie croate détruisait le pont de Mostar, pendant la guerre de Bosnie-Herzégovine. Ce haut-lieu de la multiculturalité de la ville de Mostar, mais aussi de toute la Yougoslavie en décomposition, était détruit avec acharnement, ne laissant plus que quelques pierres au fond de la rivière Neretva. En 2004, Stari Most (le « Vieux pont », qui a donné son nom à la ville de Mostar – littéralement « la ville du pont ») était reconstruit « à l’identique ». Pourtant, la ville a profondément changé, et l’efficacité géographique de la guerre dans la ville se lit dans la géographie du peuplement. Beaucoup d’habitants se sont déplacés à l’intérieur de leur ville, parce que devenus des « autochtones étrangers » dans leur propre espace de vie (Stéphanie ROLLAND, 2004, « Autochtones étrangers : les déplacés à Mostar après la guerre de Bosnie-Herzégovine« , Balkanologie, vol. 8, n°1, juin 2004, pp. 189-209). D’autres ont quitté la ville, voire le pays.

Parmi eux, Frano Petruša qui a passé son adolescence à Mostar dans la période de l’immédiat avant-guerre. En 1990, orphelin de sa mère et de sa grand-mère (chez qui il vivait depuis le décès de la première en 1987), cet adolescent croate vient s’installer chez sa grand-mère à Mostar. Les 5 années avant le déclenchement de la guerre, il arpentera les collines environnant la ville, découvrira le « rituel du plongeon » sur le pont de Mostar, et deviendra ami avec Goran (un adolescent serbe) et Amra (une adolescente bosniaque), amitié rythmée par le basket-ball, alors sport très populaire en Yougoslavie. 20 ans plus tard, il revient pour la première fois à Mostar.

Sa bande dessinée Meilleurs voeux de Mostar (Dargaud, 2012) est la deuxième dans lequel l’auteur revient sur son adolescence, après Guerre et match (Dargaud, 2010), elle aussi rythmée par le basketball et la guerre (mais dans le contexte de l’immédiat après-guerre, alors que Meilleurs voeux de Mostar se situe juste avant). Cette bande dessinée de non-fiction, où l’auteur livre son histoire personnelle, est l’occasion de discuter de la représentation de la ville dans la bande dessinée, comme « terrain de jeu » pour des adolescents qui la perçoivent avant tout comme un espace de vie « ordinaire », là où les adultes y voient déjà entrevoir un espace politique disputé.

 

Le retour de Frano Petruša à Mostar Source : Frano Petruša, 2012, Meilleurs voeux de Mostar, Dargaud, planche 1.

Le retour de Frano Petruša à Mostar
Source : Frano Petruša, 2012, Meilleurs voeux de Mostar,
Dargaud, planche 1.

La bande dessinée propose un voyage dans Mostar par la nostalgie : le lecteur y suit le parcours de Frano Petruša, qui, au gré de son errance dans la ville de son adolescence, se souvient d’événements à la fois anodins et marquants. Cette lecture permet ainsi au lecteur de découvrir « la ville du pont » du temps du « Vieux pont » (le pont de Mostar se nomme le Stari Most, « le Vieux pont » : le pont reconstruit est souvent appelé, avec raillerie parfois, le « nouveau Vieux pont ») sous le prisme d’un regard naïf, celui d’un adolescent qui se préoccupe plus d’amitiés et d’amourettes, de basketball et de bagarres, que des événements politiques qui vont signer la fin de la Yougoslavie. Pourtant, ce regard naïf montre bien les paradoxes de cet espace de vie marqué par le multiculturalisme, entre tolérance et incompréhension, entre solidarités et rejet.

Le 20e anniversaire de la destruction du pont de Mostar ce 9 novembre 2013 est l’occasion ici de lancer une série de billets sur Meilleurs voeux de Mostar :

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. 13/11/2013

    […] introduction à la bédé Meilleurs voeux de Mostar, dont l’action prend vie dans la Bosnie-Herzégovine des années 1990 […]

  2. 21/11/2013

    […] Dans Meilleurs voeux de Mostar, Frano Petruša raconte son retour à Mostar, ville de son adolescence, 20 ans après l’avoir quitté : au fil de sa redécouverte de la ville et de son errance, il se souvient de cette adolescence dans le contexte de l’immédiat avant-guerre, davantage rythmée par les amitiés et le basketball que par les événements politiques qui sont en train de jouer la décomposition de la Yougoslavie. C’est par le prisme de son espace vécu que le lecteur découvre Mostar comme un “terrain de jeu” pour des adolescents insouciants qui se sont appropriés la ville par leurs jeux, leurs disputes et leur besoin de liberté (voir le billet introductif : “Mostar et les espaces de la nostalgie“). […]

  3. 03/02/2014

    […] en effet place dans une multitude de villes du globe. Pour ne donner qu’un exemple : à Mostar en Bosnie, le plongeon est une véritable tradition millénaire. En effet, le pont de Mostar […]

  4. 03/02/2014

    […] il revient sur son retour dans la ville de son adolescence, Mostar (voir le billet introductif « Introduction : Mostar et les espaces de la nostalgie »). Le précédent billet de la série Meilleurs vœux de Mostar proposait quelques regards sur […]

  5. 05/02/2014

    […] dans la ville et souvenirs. Dans ces espaces de la nostalgie (voir le billet introductif “Introduction : Mostar et les espaces de la nostalgie“) empreints de hauts-lieux tel que l’emblématique “Vieux pont” de Mostar […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *